Thème: Municipalités

« C’est un jour de deuil pour le monde municipal, ce gouvernement ne pense qu’à appauvrir les retraités. » — Serge Cadieux, secrétaire général de la FTQ

Montréal, le 4 décembre 2014. – La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) ne peut que dénoncer l’adoption du projet de loi no 3 sur les régimes de retraite dans le secteur municipal. « Non seulement le gouvernement libéral de Philippe Couillard est resté insensible aux revendications des travailleurs et travailleuses et des retraités du secteur municipal, mais en plus, il refuse de rendre public l’état des déficits des régimes de retraite, comme s’il voulait cacher la vérité à la population. À la FTQ, nous sommes convaincus que les déficits des régimes de retraite du secteur municipal ont fondu de moitié comparativement à 2012. Cacher la vérité c’est mentir à la population », déclare le secrétaire général de la FTQ, Serge Cadieux. « Ce gouvernement devrait avoir honte. C’est la première fois, au Canada, par l’adoption d’une loi scandaleuse, qu’on revient sur le service passé des régimes de retraite. C’est odieux. Et cela doit être dénoncé haut et fort. Pour la FTQ, ce n’est pas la fin, mais le début d’une longue bataille qui va se poursuivre devant les tribunaux. Nous sommes convaincus que cette loi est inconstitutionnelle, car elle constitue une négation du droit d’association et du droit de négociation garanti par les diverses chartes », ajoute le secrétaire général. Lire la suite

Couperet dans le développement des régions et dans la concertation!

Montréal, le 5 novembre 2014. – La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) réagit vivement à l’annonce de l’abolition des centres locaux de développement (CLD) prévue dans le pacte fiscal que le gouvernement de Philippe Couillard s’apprête à signer avec les municipalités. La centrale dénonce la disparition de ces organismes efficaces qui ont fait leurs preuves en permettant un accompagnement de proximité et la naissance de projets et d’entreprises qui n’auraient certainement pas vu le jour autrement. « Les CLD et les CDEC ont développé une très riche expertise en développement économique et communautaire. En étant fortement ancrés dans leur communauté et connaissant bien les populations et les secteurs qu’ils desservent, ils ont su, en concertation avec l’ensemble des acteurs de la société civile, développer tout le savoir-faire nécessaire pour jouer un rôle déterminant. En transférant ces tâches aux municipalités, le gouvernement prive l’ensemble des régions du Québec d’une expertise qui a fait ses preuves. Ça ne tient pas la route! », déplore le secrétaire général de la FTQ, Serge Cadieux. Celui-ci rappelle que les CLD et les CDEC sont aussi des acteurs importants dans l’accompagnement de projets d’économie sociale. Ils offrent un service de première ligne pour les entrepreneurs privés et collectifs (démarrage, croissance ou relève) favorisant le développement de l’emploi et des localités. Leurs conseils d’administration et leurs comités sont composés de membres de la société civile (entrepreneurs, investisseurs, travailleurs, élus). Cette composition offre une opportunité unique de réseautage et de mentorat qui fait la différence. Lire la suite

Des épargnants floués par le gouvernement?

Vincent Lacroix a été condamné à 18 ans de prison pour avoir fraudé 9200 épargnants. Il doit sourire en voyant le coup de force du gouvernement sur les régimes de retraite municipaux (projet de loi no 3). Car, si elle adopte ce projet tel quel, l’Assemblée nationale rendra acceptable l’idée que l’on peut flouer de leur épargne les 70 000 personnes qui travaillent pour les municipalités et plus de 50 000 personnes à la retraite. Cela d’un coup de plume, en modifiant leur contrat de retraite de manière rétroactive. Le ministre Moreau semble oublier les deux fondements légaux des régimes de retraite à prestations déterminées, soit : offrir aux participants des rentes garanties par contrat et rendre l’employeur responsable de combler tout déficit de caisse le cas échéant. En modifiant rétroactivement le contrat dûment signé par les parties contractantes, le gouvernement se place en rupture avec l’état de droit. Ce geste, en plus d’être fort possiblement illégal, est assurément immoral. Lire la suite

« Le ministre n’offre pas de flexibilité, juste du temps. » —Serge Cadieux, secrétaire général de la FTQ

Montréal, le 2 octobre 2014. − La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) s’insurge contre le manque d'écoute et de flexibilité du gouvernement Couillard dans un dossier complexe qui exige une approche nuancée. Les amendements au projet de loi no 3 proposés ce matin par le ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau, ne semblent pas découler d’une réelle écoute des parties qui ont participé à la commission parlementaire. Le ministre a plutôt choisi de donner un peu plus de temps pour l’application de cette loi qui impose la restructuration des 172 régimes de retraite municipaux. « Le ministre se vante d’être flexible, mais il annonce plutôt du temps supplémentaire pour appliquer sa réforme », réagit le secrétaire général de la FTQ, Serge Cadieux. « Sur le fond du problème, il ne semble pas être disposé à entendre ce que tout le monde lui dit sur le terrain, c’est-à-dire : de grâce, ne jetez pas le bébé avec l’eau du bain, respectez les ententes signées, nuancez votre approche mur-à-mur, car la majorité des régimes n’est pas en difficulté », ajoute Serge Cadieux. « Contrairement à ce que dit le ministre, nous n’avons pas demandé le retrait pur et simple de son projet de loi. Nous sommes disposés à faire le débat. Mais nous avons demandé de pouvoir le faire avec des informations à jour. Or, le ministre refuse de fournir les derniers chiffres disponibles à la Régie des rentes du Québec. C’est déplorable et même scandaleux! », s’insurge le secrétaire général de la FTQ. Lire la suite

Grande marche à Montréal contre le projet de loi 3

Montréal, le samedi 20 septembre 2014 – Ce samedi en milieu de journée, des dizaines de milliers de manifestants ont défilé au centre-ville de Montréal contre le projet de loi 3 du gouvernement Couillard. Syndiqués et non-syndiqués, jeunes, aînés, familles ont réclamé le droit à une retraite décente pour tous. Ensemble, ils ont dénoncé les conséquences du projet de loi, notamment l’appauvrissement des aînés et le reniement des contrats signés. La manifestation s’est mise en branle à midi au parc La Fontaine pour se diriger vers le bureau du premier ministre Couillard sur l’avenue McGill College. L’événement était organisé par la Coalition syndicale pour la libre négociation, qui représente la quasi-totalité des employés municipaux syndiqués du Québec : cols blancs, cols bleus, policiers, pompiers, professionnels et employés de sociétés de transport. La Coalition réitère que les régimes de retraite des municipalités sont globalement en bonne santé financière. Là où des difficultés persistent, les syndicats sont prêts à continuer le processus déjà enclenché pour négocier des mesures de contrôle des coûts. Lire la suite