Unifor est atterré par le meurtre de Sandra Fortin, membre de la section locale 1937 d’Unifor

Montréal, le 21 mars 2016 – C’est avec stupeur, incompréhension et tristesse que le syndicat Unifor a appris le meurtre sordide d’une membre de la section locale 1937 (SNEAA), Sandra Fortin, qui a été brutalement assassinée. Le présumé meurtrier serait son ex-conjoint. Absente depuis quelques jours, famille et collègues étaient à sa recherche lorsque la police a fait la macabre découverte.

La consoeur Fortin était présidente du comité de condition féminine de sa section locale et militait activement au sein du syndicat. Elle s’impliquait aussi dans sa collectivité n’hésitant pas à faire du bénévolat pour des bonnes causes. Sandra Fortin était informaticienne à l’emploi de Rio Tinto Alcan (RTA).

« Les dirigeants syndicaux et les membres sont très durement touchés par cette affreuse nouvelle, nous sommes de tout cœur avec la famille, les proches et collègues de travail. Nous leur transmettons nos plus sincères condoléances », ont tenu à souligner le directeur québécois Renaud Gagné et le directeur adjoint, Sylvain Martin.

« La problématique de la violence faite aux femmes est une cause chère au syndicat Unifor et malheureusement, ce cas démontre qu’encore aujourd’hui, il est toujours nécessaire de combattre ce fléau », ont indiqué les dirigeants syndicaux.

À propos du projet Unifor

Fondé en août 2013, Unifor a été créé par la rencontre du Syndicat canadien des communications, de l’énergie et du papier (SCEP) et des Travailleurs canadiens de l’automobile (TCA). Le syndicat représente plus de 310 000 membres au Canada, dont près de 55 000 au Québec. Unifor est aussi affilié à la plus grande centrale syndicale québécoise, la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ).