Unifor demeure inquiet quant à l’issue des pourparlers concernant l’accord sur le bois d’œuvre

Montréal, le 11 mars 2016 – Malgré les propos rassurants tenus par le président des États-Unis Barack Obama ainsi que le premier ministre Justin Trudeau, le syndicat Unifor-Québec demeure inquiet face à l’avenir des échanges commerciaux en matière de bois d’œuvre.

Il faut en effet se rappeler que les producteurs américains avaient invoqué toutes sortes de raisons pour imposer des barrières tarifaires sur le bois d’œuvre du Québec, dont le fait que les producteurs québécois ne payaient pas un juste prix pour la matière première. Avec la réforme du régime forestier qui été faite depuis et qui prévoit maintenant qu’une partie du bois est mis aux enchères, la situation a été corrigée. « On ne peut donc plus invoquer que le prix du bois québécois est en dessous du marché », a expliqué Renaud Gagné, directeur québécois d’Unifor.

« Selon nous, il ne devrait y avoir aucune barrière tarifaire sur le bois d’œuvre québécois. Au cours des dernières années, le Canada a gagné toutes ses contestations judiciaires dans ce dossier. Il n’y a donc pas de raison que les États-Unis nous imposent des taxes sur nos exportations de bois d’œuvre québécois », a commenté M. Gagné.

Si des tarifications, des taxes ou d’autres mesures pénalisantes devaient s’appliquer, des emplois dans plusieurs scieries pourraient être menacés. « Après tant d’année de compression, de restructuration et de coupes, alors même que le marché montre des signes de reprise et que les mises en chantier sont de plus en plus nombreuses aux États-Unis, il serait réellement inacceptable que des barrières tarifaires nous bloquent l’accès à ce marché », a indiqué le directeur québécois.

Le syndicat compte sur les gouvernements fédéral et québécois qui devront être vigilants en s’assurant que notre bois d’œuvre puisse circuler librement.

Unifor représente plusieurs milliers de membres dans les secteurs de la forêt et de la transformation du bois au Québec et au Canada.

À propos du projet Unifor

Fondé en août 2013, Unifor a été créé par la rencontre du Syndicat canadien des communications, de l’énergie et du papier (SCEP) et des Travailleurs canadiens de l’automobile (TCA). Le syndicat représente plus de 310 000 membres au Canada, dont près de 55 000 au Québec. Unifor est aussi affilié à la plus grande centrale syndicale québécoise, la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ).