Une commission parlementaire sur les ententes avec Rio Tinto Alcan - Le public doit savoir si RTA respecte bel et bien ses engagements


Alma, le mercredi 28 septembre 2016 –
La section locale 9490 des Métallos, représentant les travailleurs de l’aluminerie de Rio Tinto Alcan à Alma, appuie la demande du chef de l’Opposition officielle, Sylvain Gaudreault, de tenir une commission parlementaire pour faire la lumière sur le suivi des ententes entre le gouvernement du Québec et Rio Tinto Alcan.

« On pense que le public et les politiciens doivent avoir en main tous les éléments pour savoir si Rio Tinto Alcan honore bel et bien ses engagements, non seulement en lien avec l’entente de continuité signée au sujet du maintien du siège social, mais aussi celle qui prolonge le bail de la Rivière Péribonka. Les politiciens doivent amener la compagnie à s’engager plus clairement au sujet des projets de développement, non seulement quant au projet d’AP-60 à Arvida, mais aussi au sujet de la construction d’Alma II », fait valoir le président de la SL 9490, Alexandre Fréchette.

Rappelons que les deux ententes, signées au milieu des années 2000 alors que Rio Tinto a acheté Alcan, confèrent d’importants avantages à la compagnie. « Nous pensons que la région et l’ensemble du Québec n’obtiennent pas assez en retour et doutons même du respect des ententes. Mais comme le secret plane autour des exigences réelles de Québec, on pense qu’une commission parlementaire aiderait à y voir plus clair », ajoute Alexandre Fréchette.

Ce dernier s’étonne par ailleurs de la fermeture du premier ministre à tenir une commission parlementaire. « Comme élu de la région, le premier ministre devrait saisir cette occasion de rendre des comptes plus clairement à ses commettants et de dissiper les doutes une fois pour toutes quant à la volonté de la compagnie d’investir dans l’avenir de la région », conclut Alexandre Fréchette.