Un Machiniste atteint de SLA demande aux retraités de ne jamais perdre espoir

Sam BeekmanSam Beekman

Las Vegas, NV – Pendant 31 ans, Sam Beekman a été machiniste pour Boeing Aerospace et membre actif de la section locale 63 de l’AIM. Cependant, en 2013, il a reçu un diagnostic de SLA – la sclérose latérale amyotrophique ou maladie de Lou-Gehrig. « Ma vie a changé en un clin d’œil », a-t-il avoué aux plus de 120 délégués assistant à la conférence des retraités 2015 de l’AIM.

La SLA est une maladie neuromusculaire liée à l’altération progressive des neurones moteurs, les cellules du cerveau qui commandent les muscles volontaires. Lorsque les muscles ne reçoivent plus de commandes, ils s’atrophient et meurent. En Amérique Nord, une personne meurt des suites de la SLA toutes les 90 minutes et l’espérance de vie après le diagnostic varie entre trois et cinq ans. Il n’existe actuellement aucune cure de la maladie. « Je ne suis pas en train de mourir de la SLA, a dit M. Beekman. Je vis avec la SLA. » M. Beekman, qui en est à sa deuxième année à vivre avec la maladie, a accepté de partager son histoire avec les délégués dans l’espoir qu’ils la relatent à leur tour dans leurs sections locales et leurs communautés afin de sensibiliser les gens et les inciter à lever des fonds à la recherche d’une cure. « Tous les jours, je rencontre des gens qui nourrissent l’espoir que les chercheurs trouvent éventuellement une façon d’éradiquer cette maladie », a-t-il affirmé.