Un bon contrat de travail pour les syndiqués TUAC 500 au Metro Pierre d’Amour de Drummondville

  • Imprimer

Montréal, 2 mai 2016 — Le syndicat des Travailleurs et Travailleuses de l’alimentation et du commerce, section locale 500 (TUAC 500), est heureux d’annoncer que l’entente de principe intervenue entre le Metro Pierre d’Amour inc. et le syndicat a été entérinée par une très forte majorité d’employés. La convention collective des quelque 90 salariés drummondvillois a été signée le 20 avril 2016 et sera en vigueur jusqu’en 2023.

En vertu de cette entente, les grilles salariales ont été complètement réaménagées en ayant pour base de départ le taux de salaire minimum en vigueur. Selon les classifications, un montant variant entre 0,25 $ et 1,50 $ l’heure travaillée s’ajoute au taux de salaire minimum. De plus, toutes les classifications progressent tous les trois mois au cours de la première année. Par la suite, les classifications deux et suivantes progresseront de 2 % par tranche de 650 heures travaillées jusqu’à l’atteinte du taux maximum applicable. De plus, l’entente prévoit des augmentations de salaire de 2 % pour les années 2017 à 2019 et de 1,5 % pour les années 2020 à 2022. À cela s’ajoute un montant forfaitaire de 2 % du salaire gagné entre le 7 février 2016 et le 23 avril 2016 à titre de rétroactivité salariale.

La nouvelle convention collective prévoit que dans les quatre semaines suivant la ratification, l’employeur procède à l’affichage de quatre postes de salarié régulier 32/40.

D’autres gains syndicaux ont été obtenus au terme de cette négociation, notamment :

  • l’ajout d’une prime de 50 $ par semaine lorsqu’un salarié travaille temporairement à un poste exclu de l’unité de négociation pour une semaine complète ou plus;
  • la création de la catégorie d’emploi à temps plein (32/40 heures) permettant aux salariés concernés d’obtenir plus d’heures de congés occasionnels qu’un salarié à temps partiel, à une assurance dentaire familiale et une garantie de couverture d’assurance groupe;
  • la contribution de l’employeur de 0,18 $ par heure travaillée par salarié au Régime de soins dentaires des membres des TUAC du Québec, et, advenant que la cotisation devienne insuffisante, l’employeur l’augmentera à 0,19 $ pour maintenir à 80 % le remboursement des soins dentaires éligibles;
  • tout en conservant leur boni de Noël, les salariés ont la possibilité d’obtenir un boni de performance selon l’accroissement des ventes du magasin.

« Nous sommes très heureux de la conclusion de cette entente. La ratification de cette convention collective, qui s’est déroulée dans un très grand respect, démontre clairement que l’équipe de négociation a fait un excellent travail et que les membres demeurent unis afin de continuer à défendre de bons emplois dans le secteur de l’alimentation dans la région du Centre-du-Québec », déclare Antonio Filato, président des TUAC 500.