Tarification spéculative d'Uber - Les québécois se feront voler encore deux ans

MONTRÉAL, le 5 janv. 2016 /CNW Telbec/ – Le Regroupement des travailleurs autonomes Métallos (RTAM) se réjouit de voir le ministre des Transports, Robert Poëti, appeler la population à la prudence au sujet des transporteurs illégaux et affirmer haut et fort que les politiques de tarification spéculatives d’Uber sont tout à fait «déraisonnables» et «abusives».

Toutefois, le RTAM juge que c’est un peu court compte tenu de l’inaction du gouvernement dans ce dossier depuis plus d’un an. Hier, dans différents médias nationaux, Robert Poëti a affirmé que le gouvernement entend attendre l’expiration de quatre projets-pilotes avant d’intervenir avec une refonte de la loi. « Ces projets-pilotes sont pourtant d’une durée de deux ans », déclare Benoit Jugand, porte-parole du RTAM. « Doit-on comprendre que le gouvernement entend laisser sa population se faire voler encore deux ans ? Que Québec laissera pendant deux ans des transporteurs illégaux développer une offre parallèle à l’offre légale ? »

« Le Québec n’est pas le Far West », reprend Benoit Jugand. « Le ministre des Transports appelle la population à ne pas se laisser rouler dans la farine par les transporteurs illégaux alors que le shérif, c’est lui ! »

Le RTAM estime que l’inaction du gouvernement fait des citoyens des victimes de politiques tarifaires spéculatives et abusives parce que, comme le reconnaît le ministre des Transports lui-même, « des gens décident de faire leur propre loi et de ne pas suivre celles en vigueur ». Dans ce contexte, conclut Benoit Jugand, « les déclarations de Robert Poëti ne sont que de la poudre aux yeux. »