Projet de loi 110Des employés municipaux soulignent la « mort » du ministère du Travail

C’est avec un corbillard et des croix blanches que les employés municipaux et du transport terrestre ont enterré symboliquement, ce matin, le Ministère du Travail, dans le nord de Montréal.

Cette manifestation originale avait pour but de dénoncer le fait que le projet de loi 110, Loi concernant le régime de négociation des conventions collectives et de règlement des différends dans le secteur municipal, écarte complètement le ministère du Travail du régime de négociation des relations de travail au sein des municipalités. Ce projet de loi, s‘il est appliqué sans changements majeurs, va modifier tout un pan du Code du travail du Québec.

Selon les représentants des différents syndicats qui ont défilé lors de cette manifestation organisée par le SCFP, c’est la première fois depuis 111 ans, que le ministère du Travail n’a plus sa raison d’être, alors qu’il a pourtant comme mission de favoriser l’atteinte de conditions de travail équitables. Le gouvernement libéral l’a vidé de sa substance et l’a délaissé au profit du ministère des Affaires municipales et de l’occupation du territoire, le ministère des maires.

Les syndicats municipaux dénoncent, encore une fois, le manque de transparence et la politisation des relations de travail.

« Le Ministre des Affaires municipales, Martin Coiteux, répond à une demande des maires Coderre et Labaume et l’Union des municipalités du Québec (UMQ). On n’avait pas vu cette façon de faire au Québec depuis des décennies. Ça nous ramène à l’époque du régime Duplessis quand les droits fondamentaux des travailleurs étaient bafoués, ce qui avait conduit à des conflits majeurs « a affirmé Denis Bolduc, président du SCFP-Québec.

C’est à la demande de quelques maires et sur une interprétation biaisée d’une étude de l’Institut de la statistique du Québec (ISQ) qui prouverait qu’il existe un déséquilibre du rapport de force à la faveur des syndicats et ce déséquilibre engendrerait un écart de près de 40 % de la rémunération en comparaison avec les employés de l’administration publique québécoise.

Le gouvernement et l’UMQ omettent cependant de dire que la conclusion de l’étude de l’ISQ n’est pas que les employés municipaux gagnent trop, mais que les employés de l’administration publique québécoise sont en retard par rapport aux autres employés syndiqués du Québec.

D’ailleurs, le SCFP-Québec avait déjà fait la preuve lors des audiences publiques sur le projet de loi au mois de mai dernier que les employés municipaux étaient dans la médiane des salaires avec les autres groupes comparés. Le SCFP-Québec reprenait également les données du Ministère du Travail, qui démontrent qu’au cours des 10 dernières années, 96,63 % des conventions collectives du secteur municipal se sont réglées par la libre négociation et sans conflit.

Pour les sociétés de transport en commun, il n’y a eu aucun arrêt de travail depuis 2011 et aucune journée non travaillée sur 32 conventions collectives négociées.

Le SCFP-Québec affirme que le projet de loi 110, s’il devait être adopté sans d’importantes modifications, pavera la voie à une longue période de conflits dans le monde municipal au cours des prochaines années.

The post Projet de loi 110
Des employés municipaux soulignent la « mort » du ministère du Travail
appeared first on Syndicat canadien de la fonction publique.