Perte d’emplois chez Bombardier - Le gouvernement Trudeau devrait prendre la balle au bond

Montréal, le 17 février 2016 – Faisant suite aux annonces de compressions massives d’emplois chez Bombardier, le syndicat Unifor qui représente près de 1 700 travailleuses et travailleurs au Centre de finition Bombardier de Montréal interpelle à nouveau le gouvernement fédéral afin que des investissements conséquents soient faits pour soutenir l’ensemble de l’industrie aérospatiale québécoise.

« Faut-il encore le rappeler, l’industrie aérospatiale est fondamentale pour notre économie. On dénombre plus de 40 000 emplois dans ce seul secteur qui est l’un des plus importants au Québec. Le fédéral a assez attendu, c’est le temps d’agir », a réclamé le directeur québécois d’Unifor, Renaud Gagné.

Unifor tient à souligner que les autres grands joueurs internationaux dans cette industrie extrêmement concurrentielle sont largement soutenus par leurs gouvernements, par exemple au Brésil ou en Chine. En ce sens, Unifor réclame depuis quelque temps déjà, une politique coordonnée entre les paliers de gouvernement pour assurer que le Québec maintienne sa position de marque dans l’échiquier mondial de l’aérospatial. Pour ce faire, Unifor propose des mesures à divers niveaux : une gestion des matières premières qui tiennent compte des besoins de cette industrie, des subventions assorties de garantie de maintien des emplois de production, la rétention du savoir par des écoles à la fine pointe, etc.

L’annonce faite aujourd’hui affecte en partie les membres d’Unifor. Cependant, il s’agissait d’emplois dont la terminaison avait déjà été annoncée à l’automne dernier. « Ce qui est nouveau, c’est que la fin des emplois a été devancée de quelques semaines, mais dans les faits, ces pertes sont en lien avec le cycle de production en baisse », a expliqué le dirigeant syndical. Évidemment, Unifor déploie tous les efforts pour soutenir ses membres dans cette épreuve, notamment par un comité de reclassement et la négociation avec l’employeur de conditions particulières afin de favoriser le replacement des travailleurs dont l’emploi est terminé

Unifor représente des milliers de membres dans l’industrie aérospatiale au Québec et ailleurs au pays, notamment chez Bombardier, Pratt & Whitney, Héroux Devtek et CMC Électronique.

À propos du projet Unifor

Fondé en août 2013, Unifor a été créé par la rencontre du Syndicat canadien des communications, de l’énergie et du papier (SCEP) et des Travailleurs canadiens de l’automobile (TCA). Le syndicat représente plus de 310 000 membres au Canada, dont près de 55 000 au Québec. Unifor est aussi affilié à la plus grande centrale syndicale québécoise, la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ).