Où en est le féminisme en 2016?

  • Imprimer

Depuis le début du mois de mars, avec la déclaration de la ministre de la Condition Féminine Lise Thériault ainsi que des événements d’envergure, comme le Sommet des femmes qui s’est tenu à Montréal le 4 mars dernier, le féminisme est revenu à l’avant-scène dans le paysage québécois.

Au Québec, tel que nous l’avons brièvement démontré dans les dernières capsules de notre campagne [… au cœur de notre mission!], les droits de la femme se sont beaucoup améliorés au fil des décennies, par les luttes de femmes inspirantes d’hier et d’aujourd’hui. Le féminisme de 2016 en est un d’ouverture. De plus en plus d’hommes s’affichent comme étant féministes et marchent au côté des femmes pour revendiquer l’égalité. Les batailles féministes ont apporté de belles avancées pour la société en entier, en se penchant sur des causes qui ont des répercussions sur l’ensemble de la population (l’égalité des salaires, la conciliation famille-travail, etc.)

Il est important de célébrer et applaudir toutes les avancées qui ont été faites par le passé, mais il est nécessaire de se sensibiliser face aux enjeux et d’être conscients du chemin qu’il reste à parcourir pour atteindre l’égalité homme-femme. Les mesures d’austérité du gouvernement touchent plus les femmes que les hommes, car elles sont plus nombreuses à travailler dans les milieux de travail où les coupes se font ressentir (le milieu communautaire, l’éducation, etc.) Le féminisme reste donc brulant d’actualité et est nécessaire pour parvenir à enrayer ces inégalités.