Nouveau contrat de travail chez ArcelorMittal en Montérégie - Maintien et bonification du régime de retraite

Contrecœur, le mardi 16 février 2016 – Les travailleurs de l’usine ainsi que des bureaux de Contrecœur-Est et de l’usine de Longueuil d’ArcelorMittal ont ratifié de nouveaux contrats de travail dans des proportions supérieures à 90 %. Ils ont réussi à maintenir le régime de retraite à prestations déterminées accessible pour tous; mieux, ce régime a même été bonifié.
« Cette négociation est un grand succès. L’employeur a dû renoncer à sa volonté d’instaurer un régime de retraite à deux vitesses moins avantageux pour les nouveaux. C’est grâce à la mobilisation sans faille et au solide appui des membres de chacune de nos sections locales à leur comité de négociation », font valoir Steve Galibois, Patrice Lemay et François Lévesque, respectivement présidents des sections locales 6586 et 8060 à Contrecœur-Est et de la section locale 8897 à Longueuil. Rappelons que les trois accréditations s’étaient dotées de mandats de grève à exercer au moment jugé opportun dans une proportion supérieure à 95 %.

Le montant mensuel servant à calculer la rente de retraite est haussé de 6 $, ce qui correspond par exemple à une hausse annuelle de 2160 $ pour un travailleur qui prendrait sa retraite après 30 ans de service. De plus, l’employeur assumera, le cas échéant, un manque à gagner lié au report de l’âge de la retraite au fédéral de 65 à 67 ans. Les salaires augmenteront annuellement en moyenne de 2,5 % pendant six ans. Les montants alloués pour les assurances en cas d’invalidité sont bonifiés tant pour les arrêts de courte et de longue durée. Les montants alloués pour les services professionnels sont aussi haussés. Les primes de soir, de nuit et du dimanche sont également majorées.

« La compagnie a compris que les membres étaient prêts à aller jusqu’au bout, que nous étions solidaires. Elle n’avait pas les moyens de se lancer dans un tel conflit. Elle a dû reconnaître l’apport des travailleurs dans les résultats favorables des deux usines », fait valoir le représentant syndical Guy Gaudette.