Manifestation de solidarité pour les grévistes de Delastek

Grand-Mère, 15 décembre 2015 – Ce sont près de 500 personnes, dont la grande majorité sont des membres du syndicat Unifor, qui ont répondu à l’invitation en participant à une grande marche de solidarité pour les membres de la section locale 1209 dans les rues de Grand-Mère aujourd’hui.

Le président national d’Unifor, Jerry Dias, a rappelé que « notre syndicat n’a pas l’habitude d’abdiquer ou de renoncer. C’est un combat pour le respect et la dignité et nous nous battrons à vos côtés jusqu’au bout dans cette lutte ». Aussi présent, le directeur québécois, Renaud Gagné, a remis la somme de 53 352 $ aux grévistes alors que la période du temps des fêtes approche à grands pas et que les besoins sont grands. « Il s’agit d’argent offert spontanément par les sections locales lors du dernier Conseil québécois, sommes auxquelles le syndicat national à ajouter l’équivalent. Le soutien financier est primordial dans ce genre de conflit, mais la solidarité et la détermination des membres le sont tout autant. C’est tout un témoignage de solidarité que les centaines de membres d’un peu partout au Québec sont venus témoigner aujourd’hui à Grand-Mère, ça fait réellement chaud au cœur », a commenté M. Gagné.

Ainsi, des membres de la région de Québec, du Montréal métropolitain, de la Mauricie et d’aussi loin que l’Outaouais et du Saguenay-Lac-Saint-Jean ont fait la route pour participer à cette marche.

Daniel Boyer, président de la FTQ présent pour l’occasion

Depuis le début du conflit, les membres de la section 1209 reçoivent aussi l’appui des membres d’Unifor de la région ainsi que celui des syndicats affiliés au Conseil régional de la FTQ de la Mauricie et du Centre-du-Québec. Le président de la FTQ, Daniel Boyer, qui participait pour la deuxième fois à un événement en appui aux membres d’Unifor, a rappelé que « la FTQ est à 100 % avec les membres d’Unifor dans ce conflit ».

Rappel du conflit

Depuis la syndicalisation en 2003, les relations de travail n’ont pas été faciles au sein de l’usine Delastek alors que l’employeur n’a jamais accepté cette décision des travailleuses et travailleurs. Depuis, il a tout fait pour détruire le syndicat et la solidarité entre les membres. Au nombre de ses tentatives, une dernière qui consiste à faire faire du travail de production par le département de recherche et développement qui n’est pas soumis à l’accréditation syndicale. Ce conflit est un combat pour le respect des droits syndicaux et de l’accréditation syndicale alors que le droit à la syndicalisation est un droit fondamental dans notre société.

Les quelques cinquante membres de la section locale 1209 sont en grève depuis le 1er avril dernier. L’usine Delastek fabrique des composantes de pièces aéronautiques destinées à divers clients dont Bombardier, Bell Hélicoptère et Viking.

À propos du projet Unifor

Fondé en août 2013, Unifor a été créé par la rencontre du Syndicat canadien des communications, de l’énergie et du papier (SCEP) et des Travailleurs canadiens de l’automobile (TCA). Le syndicat représente plus de 310 000 membres au Canada, dont près de 55 000 au Québec. Unifor est aussi affilié à la plus grande centrale syndicale québécoise, la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ).