Les syndiqués TUAC 500 du Provigo Dolbeau signent leur première convention collective

  • Imprimer

Montréal, 5 mai 2016 — Le 20 avril dernier, les employé(e)s du Provigo Dolbeau, syndiqués depuis peu avec les Travailleurs et Travailleuses de l’alimentation et du commerce, section locale 500 (TUAC 500), se sont prononcés à 96 % en faveur des termes de leur première convention collective. D’une durée de 3 ans avec réouverture monétaire pour les 3 années suivantes, le premier contrat de travail de ces 40 syndiqués prévoit l’introduction d’une échelle salariale à 650 heures alors que le salaire à l’échelon le plus élevé sera majoré de 2 % par année. Par exemple, les commis qui étaient plafonnés à 13 $ l’heure atteindront le taux horaire de 14.22 $ au terme de la convention, ce qui représente une augmentation d’environ 9.5 %.

Parmi les faits marquants de ce premier contrat collectif, mentionnons la présence de clauses limitant le travail des fournisseurs en magasin et prévoyant le respect de l’ancienneté ainsi que l’affichage de tous les postes disponibles avant que l’employeur embauche à l’extérieur.

Plusieurs autres conditions d’emploi de ces nouveaux syndiqués ont été améliorées notamment :

  • l’ajout d’une prime de nuit de 0,90 $ l’heure travaillée;
  • l’ajout d’une prime de superviseur de 0,50 $ l’heure travaillée;
  • l’ajout d’une 5e semaine de vacances à compter du 2016 pour les salariés ayant 18 années de services;
  • le nombre de congés mobiles passe de deux à cinq et sera maintenant octroyé à tous les salarié(e)s;
  • le nombre d’heures pour les congés occasionnels passe de 32 heures à 40 heures
  • l’introduction du Régime de soins dentaires des TUAC Québec à compter du 1er janvier 2018 et payé en totalité par l’employeur.

Elle contient de nombreuses clauses qui protègent les conditions de travail, comme les avantages sociaux, les vacances et les droits d’ancienneté. Cette convention reconnaît l’importante contribution de nos membres à la réussite de leur employeur. Elle aidera à cultiver une relation qui profitera à la fois à la compagnie, aux travailleurs, à leur famille et à leur collectivité.

« Nous sommes très fiers d’avoir négocié de bonnes conditions de travail pour les salariés du Provigo Dolbeau. Le comité de négociation a atteint ses objectifs grâce à la solidarité des membres du syndicat.En plus de consolider les quelque 25 emplois actuels, ce contrat de travail permet de maintenir un niveau de conditions de travail décent dans les marchés d’alimentation dans la belle région du Lac Saint-Jean », déclare Antonio Filato, président des TUAC 500.