Les 500 salarié(e)s d’Olymel Saint-Henri-de-Lévis ratifient un excellent contrat de travail

  • Imprimer

Montréal, le 7 septembre  2016 — C’est avec fierté que les 500 membres du syndicat des Travailleurs et Travailleuses unis de l’alimentation et du commerce, section locale 501 (TUAC 501), travaillant chez Olymel à  Saint-Henri-de-Lévis ont ratifié le 6 septembre 2016 une nouvelle convention collective très avantageuse. Entérinée par les membres en assemblée générale le 27 août 2016 dans une proportion de 87%, le nouveau contrat de travail garanti pour les manœuvres des augmentations de salaire de 0,40$ l’heure travaillée en 2016 et de 0,30$ pour les années subséquentes. Les mécaniciens ne sont pas en reste puisque le taux horaire augmentera de 0,70$ en 2016, de 0,60$ en 2017 et de 0,30$ les années suivantes. À cela s’ajoute une prime de signature de 75$ pour chaque année de service complète.

D’autre part, le comité de négociation a obtenu l’amélioration des délais d’admissibilité pour l’obtention de la cinquième et de la sixième semaine de vacances en plus d’ajouter la possibilité d’une septième semaine pour les salarié(e)s ayant cumulé 35 années de service. De plus, le nouveau contrat de travail prévoit l’ouverture des ratios de vacances durant la période des fêtes ainsi que l’amélioration des congés de deuils. Finalement, le nombre de salarié(e)s en semaine réduite passera de neuf à vingt.

« Grâce à la détermination et à la mobilisation de nos membres, nous en sommes arrivés à une entente négociée permettant de maintenir des conditions de travail compétitives dans le secteur de la transformation alimentaire. Je tiens à souligner le travail extraordinaire des membres du comité de négociation qui ont su trouver des solutions concrètes à plusieurs problématiques soulevées par nos membres, et ce, sans encaisser de recul », déclare Alain Lachaîne, président des TUAC 501.