Le Sénat manque l’occasion de protéger les droits des travailleurs dans le dossier du projet de loi C-10

Le Sénat manque l’occasion de protéger les droits des travailleurs dans le dossier du projet de loi C-10

L’AIM est extrêmement déçue de la décision prise par le Sénat en comité sur le projet de loi C-10, Loi modifiant la Loi sur la participation publique au capital d’Air Canada. Le Comité permanent des transports et des communications s’est penché sur le projet de loi, mais a refusé tous les amendements proposés par l’AIM.

Dans le cadre d’une campagne menée par l’AIM sur le projet de loi C-10, une délégation a commencé par faire pression sur les députés siégeant au Comité des transports. Cette semaine, elle était de retour à Ottawa pour faire pression sur les sénateurs qui siègent au Comité permanent des transports et des communications entre autres. Ces mesures étaient fondées sur la croyance que le syndicat pouvait faire une différence.

Le fait que le Sénat n’a pas amendé le projet de loi nous porte à conclure que le Sénat a choisi le parti d’Air Canada. Ce faisant, le comité n’a pas pris en compte l’intérêt national ou l’intérêt de nos membres. Les profits privés semblent avoir eu préséance sur l’intérêt public et l’intérêt de travailleurs canadiens.

Le projet sera maintenant renvoyé au Sénat pour la troisième lecture. Notre espoir est maintenant qu’il joue son rôle de Chambre de réflexion et amende le projet de loi dans l’objectif de préserver des emplois et de protéger l’industrie canadienne de l’entretien, la réparation et la révision d’aéronefs.

Fred Hospes, président et directeur général, district 140 des transports
21 juin 2016