Le rôle des comités de la condition féminine dans les syndicats

  • Imprimer

La mission générale des comités de la condition féminine est de contribuer à l’amélioration des conditions de travail et de vie des travailleuses en participant activement à la vie syndicale. Les dernières décennies ont permis aux femmes de faire de grandes avancées sur divers plans (social, économique, juridique, politique, etc.), mais malheureusement, l’égalité est encore loin d’être atteinte dans notre société.

C’est pourquoi les comités de la condition féminine sont essentiels encore aujourd’hui. Ils ont comme rôle d’exercer une constante vigilance pour maintenir les acquis des femmes, de les consolider et de riposter à toutes les formes de discriminations qui affectent leur quotidien, leur travail, leur vie. Ces comités constituent une sorte de veille active pour trouver des réponses aux problèmes que les femmes peuvent vivre dans leurs milieux de travail et dans leurs syndicats.

La FTQ a été la première organisation syndicale à créer un comité de la condition féminine permanent, en 1973. Il avait pour mandat d’étudier les raisons de la faible participation des femmes à tous les niveaux, de rechercher les moyens pour remédier au problème, de faire l’inventaire et l’analyse des politiques de la FTQ concernant directement ou indirectement les femmes, de mettre à jour les lacunes de ces politiques et, le cas échéant, d’en proposer de mieux adaptées à la réalité.