L'ACCÈS DES FEMMES AUX MÉTIERS TRADITIONNELLEMENT MASCULINS

  • Imprimer

Au Québec, un nombre grandissant de femmes occupe des emplois traditionnellement masculins notamment dans les usines, les secteurs de l’aérospatiale, de la construction, de la métallurgie, des municipalités et du transport. Toutefois, malgré des luttes de longue date en matière d’égalité en emploi et malgré des progrès sans équivoque, l’intégration des femmes dans ces emplois est lente et leur maintien y est difficile.

Depuis le début des années 1970, la FTQ et ses syndicats affiliés se sont impliqués pour combattre la discrimination en milieu de travail, notamment celle basée sur le sexe. Il est possible de constater, sur ces lieux de travail, que malgré le bonheur et la motivation qu’elles ont à exercer ces métiers, ces femmes qui doivent mener un combat quotidien pour tout simplement faire leur travail comme tout le monde, être respectées et prendre leur place.

L’intégration des femmes dans les emplois non traditionnels avance lentement et leur concentration dans des secteurs typiquement féminins continue de prévaloir, les confinant encore trop souvent dans des emplois fréquemment caractérisés par des conditions de travail difficiles, de la précarité et de bas salaires.

Pour améliorer la situation, il faut déployer des solutions collectives. L’État doit jouer un rôle important pour changer la situation. De plus, les employeurs et les syndicats doivent, quant à eux, agir de façon concrète et avec convictions dans leur milieu de travail pour que puisse s’amorcer le changement.

Il faut donc préparer les milieux de travail à accueillir les femmes, en changeant les mentalités et en posant des gestes simples, tels que former et informer nos membres à cette réalité que vivent les femmes qui travaillent dans les emplois traditionnellement masculins, en passant le message par les assemblées générales, les journaux syndicaux, les formations syndicales, etc., et négocier des clauses favorisant l’intégration et le maintien des femmes dans des emplois traditionnellement masculins.

Source