La solidarité des Métallos se met en branle


Grenville-sur-la-Rouge, le mardi 28 juin 2016 –
« Solidarité avec les grévistes de Resco! Les Métallos se serrent les coudes et refusent de sacrifier les jeunes travailleurs. » Voilà le message que sont venus lancer les représentants d’autres sections locales métallos afin d’appuyer les grévistes hier et ce matin.

Hier, les représentants de la section locale 6658 chez Ciment Lafarge à Saint-Constant, qui ont mené une grève de trois mois pour contrer un régime de retraite à deux vitesses, sont venus appuyer les grévistes de Resco. Ce matin, c’était au tour de ceux d’ArcelorMittal à Contrecoeur (section locale 6586) de passer sur la ligne de piquetage à Grenville-sur-la-Rouge, eux qui ont aussi réussi cette année à contrer la volonté de l’employeur d’imposer une clause orphelin.

« C’est la solidarité des Métallos de partout au Québec et même au-delà, combinée à la mobilisation de nos membres, qui nous ont permis de sortir gagnants de notre conflit de travail. Nous sommes venus porter un message d’espoir à nos confrères et consœurs de Resco. Quand on se tient debout, solidaires, on est plus forts », explique le vice-président de la section locale 6658 chez Ciment Lafarge à Saint-Constant, François Cardinal.

Le président de la section locale 6586 chez ArcelorMittal à Contrecoeur, Steve Galibois, a souligné lui aussi l’importance de la solidarité entre les sections locales « C’est important de sentir que nous ne sommes pas seuls et qu’en cas de conflit, la solidarité se met en marche, pas juste en paroles, mais aussi en appui financier concret. On est des dizaines de milliers dans le même bateau », fait valoir Steve Galibois.

« On sait quand une grève commence, mais pas quand elle finit. La visite des confrères de Ciment Lafarge et d’ArcelorMittal lance le message que ça vaut la peine de tenir le temps qu’il faut pour obtenir un bon règlement. C’est un bon exemple pour les travailleurs de Resco qui commencent leur lutte », expliquent le représentant syndical Harold Arsenault et le président de la section locale 6213, Alain Desjardins
Rappelons que les 91 travailleurs de Ciment Lafarge à Saint-Constant ont fait la grève pendant trois mois, de février à mai dernier, pour refuser un régime de retraite à deux vitesses moins avantageux pour les nouveaux travailleurs. La centaine de travailleurs de Resco a déclenché une grève le 15 juin pour refuser les demandes de concession de l’employeur et l’empêcher d’imposer un régime moins avantageux pour les plus jeunes.