La population de Rosemère répond massivement à l'appel de ses pompiers

  • Imprimer

Montréal, 12 mars 2016 – La journée d’action pour le maintien du service de sécurité incendie de Rosemère organisée par le syndicat des Travailleurs et des travailleuses unis de l’alimentation et du commerce, section locale 501 (TUAC 501), représentant les pompiers de la ville de Rosemère obtient un succès retentissant. En effet, 3258 signatures de citoyens et citoyennes ont été recueillies en quatre heures, soit 1132 appuis de plus que le nombre de votes que la mairesse a obtenus lors des dernières élections municipales.

« Visiblement, la population de Rosemère est outrée par la fermeture sauvage de son service d’incendie. 95% des gens qui nous ont ouvert leur porte ont signé notre pétition nous rappelant qu’ils n’ont jamais été consultés pour ça. L’entente que l’administration Leduc a négociée en cachette met en péril non seulement la sécurité de la population de Rosemère, mais aussi celle de la MRC Thérèse-de-Blainville. Ce vaste territoire est donc privé d’une caserne et de ses équipements ainsi que de 38 pompiers spécialisés pour intervenir sur les eaux et les glaces de la rivière des Mille-Îles », déclare Benoît Gauthier, pompier de Rosemère et délégué syndical.

La fermeture du service de sécurité incendie de Rosemère aura nécessairement des répercussions sur les délais d’interventions lorsque les pompiers de la caserne sud de Blainville ne seront pas disponibles puisqu’il faudra faire appel à une caserne plus éloignée. Il faudra alors prévoir un délai d’intervention supplémentaire de 5 à 14 minutes en cas d’incendie et de 2 à 12 minutes pour intervenir sur les eaux et les glaces de la rivière des Mille-Îles. « Une minute de plus c’est une minute de trop lorsque la vie d’un citoyen est en jeu. En signant la pétition qui sera remise au conseil de ville lundi prochain, la population de Rosemère envoie un message clair qu’elle n’accepte pas que des économies soient faites au détriment de sa sécurité », de conclure le pompier et délégué syndical, Benoît Gauthier.