La FTQ-Construction se joint à une coalition en appui au projet Énergie Est

À la veille des audiences de l’Office national de l’énergie (ONÉ) sur le projet d’Oléoduc Énergie Est, qui débuteront lundi à Montréal, la FTQ-Construction joint sa voix à une coalition d’acteurs patronaux et syndicaux (la Coalition) en appui au projet.

En plus de la FTQ-Construction, la Coalition est formée de :

  • l’Association des constructeurs de routes et grands travaux du Québec (ACRGTQ);
  • l’Association industrielle de l’Est de Montréal (AIEM);
  • l’Association des firmes de génie-conseil — Québec (AFG);
  • l’Association des propriétaires de machinerie lourde du Québec (APMLQ);
  • la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM);
  • le Conseil provincial du Québec des métiers de la construction (International);
  • le Conseil du patronat du Québec (CPQ);
  • la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ).

La Coalition considère qu’il s’agit d’un projet structurant, à la fois pour le développement économique et l’avenir énergétique du Québec, et qu’il mérite d’être analysé avec pragmatisme et réalisme. Elle invite d’ailleurs la population à découvrir et évaluer le projet Oléoduc Énergie Est avec, en perspective, l’ensemble de ses caractéristiques, notamment ses mérites économiques.

Un projet pour développer notre économie
Depuis trois ans, les heures travaillées ont diminué de plus de 40 % dans la construction industrielle et de près de 30 % dans le secteur du génie civil. La Coalition estime que le Québec ne peut se passer d’un des plus grands projets de construction des 25 dernières années. La Coalition fait remarquer que le Québec compte peu de projets de cette envergure.

Énergie Est pourrait générer et maintenir annuellement, pendant une période de 9 ans, plus de 14 000 emplois directs et indirects au Canada, dont près du quart au Québec, pendant ses phases de développement et de construction. Pour la Coalition, l’argument que le projet Oléoduc Énergie Est n’est pas significatif au niveau de la création d’emploi ne tient pas.

La Coalition souligne également que cet important projet d’investissement privé générera pour les gouvernements des revenus fiscaux estimés à plus de 10 milliards de dollars, au-delà des retombées économiques, et constituera une contribution concrète de plus de 55 milliards de dollars au PIB du Canada.

Un projet pour développer et consolider l’expertise existante de nos travailleurs et de nos entreprises
Comme dans tout grand projet d’infrastructure, l’activité économique qui découle de tels projets structurants entraîne notamment, dans son sillage, la création de nouvelles entreprises et le développement de nouveaux réseaux de sous-traitants, qui demeureront actifs après la phase de construction, entre autres en exportant l’expertise acquise ici.

La Coalition croit également que ce projet est une autre occasion de faire valoir la grande expertise des travailleurs et des entreprises de toute l’industrie de la construction acquise sur des chantiers du même type à travers l’Amérique du Nord. Grâce à ces travailleurs, le Québec a pu réaliser de grands travaux d’infrastructures, comme les grandes centrales hydro-électriques et l’érection des éoliennes, ce qui donne à nos entreprises l’expérience nécessaire pour mener à bien ce projet.

De plus, plusieurs jeunes travailleurs pourront profiter de cette occasion pour développer leurs compétences et bénéficier du transfert d’expertise de leurs collègues. De par son importance, ses caractéristiques et ses exigences, le projet Oléoduc Énergie Est viendra donc développer et consolider l’expertise de nos travailleurs et de nos entreprises.

Un projet pour diversifier notre approvisionnement énergétique
La Coalition supporte la transition énergétique dans laquelle s’est engagé le Québec. La politique énergétique du gouvernement du Québec reconnaît qu’en 2030, 40 % de nos besoins énergétiques proviendront toujours des hydrocarbures. Nous continuerons à consommer, durant plusieurs années, du pétrole pour nos transports ou pour la conception et l’usage quotidien de tous les autres produits dérivés des hydrocarbures, comme le plastique.

Dans un contexte où le Québec importe 100 % du pétrole que nous consommons, la Coalition croit que le projet Oléoduc Énergie Est doit également être considéré comme une opportunité de créer un marché national pour le pétrole d’ici qui pourrait accroître la compétitivité de nos raffineries, tout en assurant une stabilité et une diversification de notre approvisionnement énergétique.

Rares sont aujourd’hui les projets de cette envergure qui se révèlent structurants à la fois pour le développement économique et l’avenir énergétique d’une société. Le projet Oléoduc Énergie Est fait partie de ces projets d’infrastructures majeurs, dont la réalisation, dans le respect des principes de développement durable et d’acceptabilité sociale, permettra au Québec de relever d’importants défis. C’est pourquoi la Coalition dit Oui à Énergie Est.