Fin de la grève chez Ciment Lafarge à Saint-Constant - Les métallos réussissent à préserver le régime de retraite


Saint-Constant le 11 mai 2016 –
Victoire! Les métallos de la section locale 6658 chez Ciment Lafarge à Saint-Constant ont réussi à préserver le régime de retraite à prestations déterminées pour tous, alors que l’employeur tentait d’introduire un régime moins avantageux pour les nouveaux travailleurs. C’est ce qui ressort du nouveau contrat de travail de cinq ans ratifié hier soir dans une proportion de 84 %, mettant fin à plus de trois mois de grève.

« Je suis fier de la bataille que nous avons menée et des gens avec qui nous l’avons menée sur la ligne de piquetage, jour après jour, par grands froids parfois. Nous avons gagné, il ne faut pas avoir peur de le dire. Nous laissons aux prochaines générations de bonnes conditions de travail », fait valoir le président de la section locale 6658, Éric Boulanger.

Le contrat prévoit des hausses totalisant 13,75 % sur 5 ans. Le régime à prestations déterminées continuera d’être offert à tous les travailleurs. Ceux-ci contribueront désormais un montant équivalant à 3 % du salaire horaire et de légers réaménagements ont été effectués dans les paramètres du régime. Les prestations d’assurance vie et d’assurance salaire seront bonifiées.

« Les métallos de Ciment Lafarge peuvent rentrer la tête haute. Ils ont pu gagner à cause de leur solidarité ainsi que grâce à l’appui des sections locales métallos de partout au Québec et au Canada. Il y a aussi eu des échanges à l’échelle internationale qui ont aidé au dénouement », explique le coordonnateur régional des Métallos, Pierre Arseneau.

Le Syndicat des Métallos réitère cependant l’importance d’adopter une loi pour interdire une fois pour toute les clauses orphelins dans les régimes de retraite. « Nos membres se sont privés de salaire pendant trois mois pour empêcher une discrimination envers les jeunes travailleurs. Cela devrait être interdit par la loi, comme le suggérait d’ailleurs le Parti libéral du Québec lors de son dernier congrès », a conclu le directeur québécois des Métallos, Alain Croteau.