Ce mois-ce dans l'histoire de l'AIM : mai 2016

Cliquez sur un événement dans le calendrier pour obtenir plus d’information son sujet.

Cliquez ici pour d’autres mois et plus d’histoire


May 1 May 2 May 3 May 5 May 9 May 14 May 15 May 20 May 26

Thème du mois de Mai
La grève générale de Winnipeg

Winnipeg General Strike

Au Canada, la période ayant immédiatement suivi la fin de la Première Guerre mondiale ne fut pas pacifique. Les soldats de retour chez eux voulaient travailler et reprendre une vie normale. Ils ont plutôt été confrontés à des fermetures d’usines et une montée en flèche du chômage. La course aux profits des entreprises contribuait à une inflation galopante et une hausse marquée du coût de la vie. Les piètres conditions de travail dans les usines causaient de l’agitation ouvrière. Et les tensions sociales s’exacerbaient.

Nulle part cette situation n’a été plus évidente qu’à Winnipeg. Là, les travailleurs dans les secteurs de la construction et de la métallurgie ont tenté de se doter d’un meilleur rapport de force en fondant des syndicats généraux : le Conseil des métiers de la construction et le Conseil des métiers de la métallurgie.

Des travailleurs des deux groupes industriels ont débrayé pour revendiquer l’accréditation syndicale et inciter les employeurs à respecter leur droit de négociation collective.

Les deux conseils ont demandé l’appui du Conseil des métiers et du travail de Winnipeg, soit la centrale syndicale représentant les intérêts d’un nombre encore plus grand de travailleurs à Winnipeg. Le Conseil a voté en faveur d’une grève de solidarité. Ernest Robinson, secrétaire de la centrale syndicale, a affirmé que « toutes les organisations à l’exception d’une ont voté en faveur d’un débrayage général ».

L’étincelle ayant provoqué la grève générale de Winnipeg a été fournie par la section locale 122 des Machinistes, sous la direction de R.B. Russell et de Peter Henrenchuk chez Dominion Bridge.

À 11 heures le jeudi 15 mai 1919, la quasi totalité des travailleurs de Winnipeg ont débrayé. Quelque 30 000 travailleurs des secteurs public et privé ont en effet quitté leur poste de travail.

Les chefs d’entreprise et les gouvernement sous leur contrôle ont rétorqué par des mesures répressives. L’arrestation des dirigeants à la tête du mouvement de grève – J.S. Woodsworth (qui a plus tard contribué à la fondation de la CCF et dirigé ce parti) et sept autres – le 10 juin 1919 a mené à des confrontations entre les manifestants et la Royale gendarmerie à cheval du Nord-Ouest. Deux grévistes ont perdu la vie.

L’attaque de la Royale gendarmerie a mis fin à la grève, mais le mouvement syndical au Canada en a tiré une leçon : pour protéger les droits des travailleurs, il devait participer directement à l’action politique.

Sections locales de l’AIM ayant obtenu leur charte durant le mois de mai :

1 mai : SL 99, Edmonton AB (1992); SL 927, Gander T-N (1992) /
27 mai : SL 456, Victoria CB (1901)
29 mai : SL 717T, Malton ON (1953)

 

1er mai : Saskatchewan Government Insurance vend sa première politique (1945)

Le gouvernement socialiste dirigé par le premier ministre Tommy Douglas adopte le premier régime public d’assurance-maladie de la province. C’est ce régime universel d’assurance-hospitalisation qui pave la voie à l’accès universel et gratuit aux soins de santé au Canada.

Pour plus d’information, lisez cet article sur Tommy Douglas ainsi quecet article sur la politique sur la santé, tous deux de L’Encyclopédie canadienne.

 

1er mai : Shirley Carr devient la première femme à présider le CTC (1986)

Shirley Carr, political activist

Shirley Carr développe son militantisme syndical dans les années 1960 et occupe des postes exécutifs au sein du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP). Elle devient vice-présidente exécutive du Congrès du travail du Canada (CTC) en 1974, puis présidente de cette centrale syndicale en 1986. Carr est la première femme et la première personne issue de la fonction publique à occuper ce poste. À la fois les femmes et les fonctionnaires deviennent de plus en plus actifs au sein du mouvement syndical pendant son règne. Carr renforce les liens cultivés avec le Nouveau Parti démocratique (NPD) pendant sa présidence. À l’échelle locale, elle est active auprès de groupes communautaires et, sur la scène internationale, au sein de l’Organisation internationale du travail (OIT). Elle est à l’origine de la longue campagne menée par le CTC contre l’accord commercial négocié par le gouvernement Mulroney avec les États-Unis.

Pour plus d’information, lisez cet article de L’Encyclopédie canadienne.

 

2 mai : Jack Layton mène le NPD à former l’Opposition officielle à la Chambre des communes (2011)

Layton, Jack

L’honorable Jack Layton a dirigé le Nouveau Parti démocratique de 2003 jusqu’à son décès en 2011. Sous sa gouverne, le NPD accède au rang d’Opposition officielle de la Chambre des communes pour la première fois. En 2011, au début du printemps, la tenue d’un vote de défiance force le déclenchement d’une élection à l’issue de laquelle le NPD remporte un nombre record de sièges. Le parti réalise ses gains les plus importants au Québec en remportant 59 des 79 sièges en jeu. Avant l’élection de 2011, il n’y détenait qu’un seul siège.

Pour plus d’information, lisez cet article de L’Encyclopédie canadienne.

 

3 mai : La Canadian Labour Protective & Mutual Improvement Association voit le jour (1872)

Après l’échec de la grève des imprimeurs à Toronto, le leader syndical et syndicaliste John Hewitt fonde la Canadian Labour Protective & Mutual Improvement Association à une époque où les syndicats ouvriers sont considérés illégaux. L’organisation participe au Mouvement pour une journée de travail de neuf heures de janvier à juin de cette année-là.

Pour plus d’information, lisez cet article de L’Encyclopédie canadienne. Aussi, consultez le calendrier de l’AIM pour avril 2016 et lisez l’entrée du 15 mai ci-dessous.

 

5 mai : Une grève de deux mois et demi mené par les travailleurs du vêtement de Toronto se solde par un échec (1931)

Cette grève débute en février 1931. Pour plus d’information, consultez le calendrier de l’AIM pour février 2016.

 

9 mai : 26 mineurs perdent la vie dans le désastre de Westray à Plymouth, Nouvelle-Écosse (1992)

La mine dans le comté de Pictou est ouvert depuis moins d’un an lorsque survient la tragédie. Depuis son ouverture, le site est exposé à des risques d’explosion de gaz de méthane. Voulant perpétuer la tradition de l’exploitation minière du charbon, le gouvernement provincial y joue un rôle depuis les débuts. Le ministère du Travail de la Nouvelle-Écosse est le premier intervenant à soulever des préoccupations concernant la sécurité avant même l’ouverture de la mine. En raison de facteurs géologiques, le ministère des Ressources naturelles avait presque été jusqu’à annuler le permis d’exploitation. Une fois la mine opérationnelle, le ministère du Travail inspecte le site et découvre que la poussière de charbon inflammable n’était jamais nettoyée. Une ordonnance est rendue pour assurer une ventilation adéquate de la mine, mais elle ne sera jamais exécutée. À 5 h 20 un samedi matin, 26 mineurs âgés d’entre 22 et 56 ans sont au travail dans le tunnel sud-ouest 2 lorsque du gaz de méthane s’enflamme. S’ensuit une explosion massive. Les corps de 11 mineurs tués ne seront jamais retrouvés, et des douzaines d’enfants sont laissés orphelins de leur père. Une enquête officielle est ordonnée après le désastre. Le juge K. Peter Richard de la Cour suprême de la Nouvelle-Écosse veille à la production d’un rapport de 800 pages qui s’intitule The Westray Story – A Predictable Path to Disaster et formule un total de 74 recommandations. Les dirigeants de la mine, des bureaucrates et des politiciens essuient tous des blâmes. En 2004, le gouvernement fédéral adopte le projet de loi C-45 pour rendre les entreprises criminellement responsables si elles négligent la sécurité de leurs employés dans le milieu de travail.

Pour plus d’information, lisez cet article de L’Encyclopédie canadienne.

 

14 mai : Décès de la syndicaliste anarchiste Emma Goldman à Toronto (1940)

Emma Goldman

Emma Goldman est une anarchiste, une activiste et une auteure. Née en Russie, elle émigre aux États-Unis d’Amérique avec sa famille et finit par s’établir dans le quartier Lower East Side de Manhattan. C’est là où elle devient une figure de proue des mouvements anarchiste et progressiste du 20e siècle. Goldman défend vigoureusement les droits des femmes et les droits des travailleurs. En janvier 1928, elle prononce une série de discours à Toronto et décide de s’y installer pour faire avancer le mouvement anarchiste au Canada.

Pour plus d’information, lisez cet article du Heritage Toronto et cet article sur Wikipédia.

 

15 mai : À Hamilton (Ontario), des travailleurs prennent d’assaut les rues de la ville pour exiger des journées de travail plus courtes (1872)

nine-hour march

Le Mouvement pour une journée de travail de neuf heures est un mouvement international qui se manifeste au Canada de janvier à juin 1872. Le mouvement prend son envol à Hamilton, où des travailleurs revendiquent des heures de travail plus courtes et réglementées. Au total, 1 500 travailleurs, soit pratiquement tous les gens de métier qualifiés de la ville, participent à la manifestation. Le mouvement aboutit à un échec, mais donne lieu à la fondation du Canadian Labour Union (CLU), l’année suivante.

Pour plus d’information, lisez cet article de L’Encyclopédie canadienne.

 

15 mai : Début de la grève générale de Winnipeg (1919)

Winnipeg General Strike, Demonstration

Cette célèbre grève dure jusqu’au 25 juin. Au Canada, la fin de la Première Guerre mondiale est marquée par une inflation élevée, le chômage et des troubles politiques dans la foulée de la Révolution russe. Le Congrès des métiers et du travail de Winnipeg (CMTW) lance l’ordre de grève générale après la rupture des négociations entre des travailleurs de la construction et métallurgistes, d’un côté, et des employeurs, de l’autre. Au total, 30 000 travailleurs y participent, et les secteurs public et privé unissent leurs forces pour paralyser l’ensemble de la ville. Le nouveau comité central de coordination réunit des représentants de tous les syndicats membres du CMTW. Un comité citoyen est formé de 1 000 opposants à la grève issus de l’élite d’affaires. Le gouvernement fédéral finit par intervenir à la demande de ce comité citoyen et arrête dix dirigeants de la grève le 17 juin. Le 21 juin, la Police à cheval du Nord-Ouest charge une foule de grévistes, tuant une personne, et le centre-ville est pris d’assaut par des troupes. Les travailleurs reprennent leur poste peu de temps après.

Pour plus d’information, lisez cet article de L’Encyclopédie canadienne.

 

15 mai : Grève de six semaines des travailleurs du bois de la C.-B. (1946)

Les travailleurs du bois obtiennent le droit de négocier en 1943. En 1946, une première grève est déclenchée par le district 1, en Colombie-Britannique, de l’International Woodworkers of America (IWA). Cette grève s’inscrit dans une plus vaste vague de débrayages dans la foulée de la fin de la Deuxième Guerre mondiale. Les travailleurs exigent des augmentations de salaire et une réduction de leurs heures de travail. Au total, 27 000 travailleurs y prennent part. Le gouvernement fédéral finit par intervenir et présente une offre qui est rejetée par les travailleurs. S’ensuit une marche jusqu’à Victoria à laquelle participent 3 000 travailleurs toujours en grève. Un règlement obtenu par la médiation et applicable à l’ensemble de l’industrie met fin à la grève.

Pour plus d’information, lisez cet article de L’Encyclopédie canadienne.

 

20 mai : Des membres du Relief Project Workers Union occupent des bureaux gouvernementaux à Vancouver (1938)

Sitdowner Strike

Le Relief Project Workers Union succède au Relief Camp Workers Union (RCWU), affilié à la Workers Unity League. Elle est formé de travailleurs des camps établis par le gouvernement pendant la grande dépression pour créer de l’emploi. Plus de 1 000 manifestants occupent un bureau de poste pendant plus d’un mois. La Police montée royale du Canada les y enlève violemment le 18 juin. On dénombre des blessés dans les deux camps et 20 hommes sont arrêtés.

Pour plus d’information, lisez cet article (en anglais seulement) sur Wikipédia.

 

26 mai : À Calgary et à Edmonton, des milliers de travailleurs manifestent en solidarité avec la grève générale de Winnipeg (1919)

Des grèves de solidarité ont lieu partout au Canada dans la foulée de la grève générale de Winnipeg, faisant écho au sentiment des travailleurs de cette ville. Lisez l’entrée du 15 mai sur la grève générale de Winnipeg ci-dessus pour plus d’information.