Ce mois-ce dans l'histoire de l'AIM : avril 2016

Cliquez sur un événement dans le calendrier pour obtenir plus d’information son sujet.

Cliquez ici pour d’autres mois et plus d’histoire


3 avril 4 avril 7 avril 8 avril 11 avril 14 avril 19 avril 23 avril 28 avril

Thème du mois d’Avril
L’AIM croit

Mechanique

Un des objectifs de l’AIMest de veiller à ce que tout un chacun puisse vivre sa retraite dans la dignité. Des membres de l’AIM sont présents sur la première ligne dans leur collectivité et prodiguent des soins de qualité à un nombre grandissant de retraités canadiens.

En 2003, la collectivité ontarienne de Stratford est devenue la première où l’AIM a été accréditée pour représenter les employés d’une résidence pour retraités. En effet, cette année-là, le personnel de Cedarcroft Place a adhéré à la section locale 103.

Depuis, nous avons recruté des membres dans le secteur des soins de santé qui travaillent pour des résidences à Toronto, Bowmanville, North Bay et Orléans (Ontario).

L’AIM fait figure de pionnière dans un autre secteur de la santé : les transferts non urgents de patients ambulatoires. D’abord à Winnipeg en 1987, par les membres de la section locale 2247 à l’emploi de Medi Van, puis en Ontario en 2009. Cela a commencé par Ontario Patient Transfer à Hamilton et les membres de la section locale 1295. OPT a été achetée par Spectrum Patient Services, qui a connu une croissance telle que l’AIM représente aujourd’hui plus de travailleurs dans ce secteur que tout autre syndicat.

Sections locales de l’AIM ayant obtenuleur charte durant le mois d’avril :

1 avril : SL 171, Fort Erie ON (1946); SL 1934, Georgetown ÎPÉ (1965); SL 2247, Winnipeg MB (1987); SL 2707, Cambridge ON (1987)
2 avril : SL 1522, Deep River ON (1951)
28 avril : SL 905, Ajax ON (1959)

 

3 avril : Approbation de la Commission Romanow par la gouverneure générale (2001)

Roy Romanow

Roy Romanow, ancien premier ministre de la Saskatchewan, a dirigé la Commission royale d’enquête sur l’avenir des soins de santé du Canada. La Commission a publié un rapport intitulé Guidé par nos valeurs – L’avenir des soins de santé au Canada, lequel est décrit comme posant des « jalons pour guider les Canadiens dans leurs efforts en vue de réformer et de renouveler leur système de santé ». Ce rapport dressait une liste de recommandations concernant un large éventail d’enjeux liés à la santé, dont une bonification de 15 milliards de dollars des montants affectés aux soins de santé provinciaux et territoriaux sur trois ans. Le rapport a été déposé à la Chambre des communes en novembre 2002. Ce fut un succès, le gouvernement du Canada ayant consenti au transfert d’un montant additionnel de 41 milliards de dollars sur dix ans aux provinces.

Pour plus d’information lisez cet article de wikipedia et cet article (en anglais seulement) de L’Encyclopédie canadienne.

 

4 avril : Grève d’un syndicat de travailleurs de camp de secours en C.-B. et début de la Marche sur Ottawa (1935)

Ottawa, marche sur Sauts à cloche-pied

La radicale Ligue d’unité ouvrière organise une grève de 1 500 résidents des camps de secours, qui revendiquent de meilleures conditions et un meilleur traitement. Le siège commence à Vancouver et dure deux mois. Sont notamment occupés le magasin de la Compagnie de la baie d’Hudson, le musée et la bibliothèque de la ville. Au total, 20 000 grévistes et partisans participent à un défilé du 1er mai au parc Stanley. Les grévistes ont l’impression qu’ils n’atteignent pas leurs objectifs et passent donc à la « Marche sur Ottawa ».

Pour plus d’information lisez cet article de L’Encyclopédie canadienne.

 

4 avril : Adhésion du Canada à l’OTAN (1949)

L’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord a été établie comme alliance militaire et politique. L’article 5 du Traité de l’Atlantique Nord stipule « qu’une attaque armée contre l’une ou plusieurs d’entre elles […] sera considérée comme une attaque dirigée contre toutes les parties. » Le Canada, les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ainsi que la Belgique, le Danemark, l’Islande, l’Italie, le Luxembourg, les Pays-Bas, la Norvège et le Portugal ont été les nations participantes originales. C’est le ministre des Affaires étrangères de l’époque, Lester B. Pearson, qui avait signé le Traité au nom du Canada, à Washington.

Pour plus d’information lisez cet article de L’Encyclopédie canadienne.

 

7 avril : RBC remplace des employés canadiens par des travailleurs étrangers (2013)

Dans un geste controversé de la grande banque, des travailleurs étrangers sont appelés à remplacer 45 employés, dont certains se font même demander de former leur remplaçant. Selon RBC, cette décision a été prise simplement par nécessité de réduire les coûts. RBC a recours aux services d’iGate Corp, une agence de dotation en personnel de soutien aux TI, dans le cadre du Programme des travailleurs étrangers temporaires (PTET). Les représentants du gouvernement sont à couteaux tirés avec RBC sur le respect des règles du programme, car l’objectif initial du PTET n’était pas le déplacement de travailleurs canadiens. Devant le tollé de protestations, le gouvernement fédéral annonce qu’il resserre les restrictions du programme tout en menant une enquête sur la situation.

 

8 avril : Débrayage de 4 000 travailleurs à l’usine de GM à Oshawa dans une tentative de syndicalisation (1937)

Grève de GM, 1937

Du 8 au 23 avril, des employés de General Motors (GM) font la grève pour revendiquer la journée de travail de 8 heures, de meilleurs salaires, de meilleures conditions de travail ainsi que la reconnaissance du Syndicat des travailleurs unis de l’automobile (TUA). Deux ministres provinciaux, dont le ministre du Travail, démissionnent pendant la grève, car ils contestent la ligne dure adoptée par le premier ministre de l’Ontario à l’égard des grévistes, qui ont l’appui de la Fédération du commonwealth coopératif (la CCF) nouvellement formée. GM finit par céder parce que la grève lui coûte beaucoup trop cher. La plupart des demandes des grévistes sont satisfaites, à l’exception de celle touchant la reconnaissance syndicale. Cette victoire partielle a pavé la voie à un climat de syndicalisme industriel au Canada.

Pour plus d’information lisez cet article de L’Encyclopédie canadienne

 

11 avril : Début d’une grève de dix jours par 250 000 fonctionnaires membres du Front commun au Québec (1972)

En 1972, plusieurs syndicats s’unissent pour former le Front commun aux fins de négocier plus efficacement avec le gouvernement du Québec. La coalition se compose notamment de centrales syndicales – la Confédération des syndicats nationaux, la Fédération des travailleurs du Québec et la Centrale des enseignants du Québec – ainsi que de certains syndicats indépendants. Le Front commun fait la grève pendant dix jours, et le gouvernement y met fin au moyen d’une loi spéciale, d’une série d’injonctions pour obliger les fonctionnaires à reprendre le travail ainsi que de l’emprisonnement du président de chacune des trois centrales syndicales.

Pour plus d’information lisez cet article de L’Encyclopédie canadienne.

 

14 avril : Un Torontois sur dix se joint aux imprimeurs en grève pour revendiquer la journée de travail de 9 heures (1872)

Le Mouvement pour une journée de travail de neuf heures voit le jour à Hamilton, en Ontario, et se déroule de janvier à juin. Il s’étend vers l’Est jusqu’à Toronto et Montréal en passant par de plus petites communautés comme Sarnia et Perth. Des travailleurs syndiqués et non syndiqués à la fois y participent. À Toronto, le mouvement est dirigé par J.S. Williams, imprimeur et éditeur d’Ontario Workman, un journal progressiste. Williams est affilié à la section locale 91 du syndicat des typographes de Toronto et lance le mouvement de grève contre les maîtres imprimeurs de Toronto, allant jusqu’à organiser une mobilisation de 10 000 manifestants. Il est arrêté pour complot pendant la manifestation.

Pour plus d’information lisez cet article de L’Encyclopédie canadienne.

 

19 avril : Début d’une grève sauvage de 7 jours des travailleurs et travailleuses des postes se soldant par l’obtention de l’équité salariale entre les femmes et les hommes (1974)

Sous la gouverne de Joe Davidson, le Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP) livre de nombreuses grèves pour protéger ses membres des changements technologiques. Ce sont de longues et rudes grèves qui finissent néanmoins par porter fruit.

Pour plus d’information lisez cet article de L’Encyclopédie canadienne.

 

19 avril : Des membres de l’AIM figurent parmi les 30 000 manifestants participant à des jours d’action contre le gouvernement conservateur de l’Ontario, à Kitchener (1996)

Lisez le mois d’octobre du calendrier de l’AIM pour les jours d’action tenus à Windsor et à Toronto ainsique le mois de décembre pour le jour d’action à London et la manifestation général econtre le gouvernement de Mike Harris.

Pour plus d’information lisez cet article de L’Encyclopédie canadienne

 

23 avril : Des grévistes obtiennent des concessions majeures de General Motors lors de la « naissance du syndicalisme industriel » (1937)

Voir la description du 8 avril ci-dessus.

Pour plus d’information lisez cet article de L’Encyclopédie canadienne

 

23 avril : Fondation du Congrès du travail du Canada (CTC) (1956)

Le Congrès canadien du travail et le Congrès des métiers et du travail du Canada unissent leurs forces pour devenir le Congrès du travail du Canada (CTC). Un grand syndicat s’y joint plus tard. En 1961, les dirigeants du Congrès du travail du Canada et de la Fédération du commonwealth coopératif se réunissent pour former le Nouveau Parti démocratique (NPD). En 1997, le CTC représentait les intérêts de 2,5 millions de travailleurs membres de plus de 50 syndicats nationaux et internationaux affiliés.

Pour plus d’information lisez cet article de L’Encyclopédie canadienne.

 

28 avril : Proclamation par le CTC du premier Jour de deuil national en souvenir des travailleurs tués ou blessés au travail, une première mondiale (1983)

Le Jour commémoratif des travailleurs a été observé pour la première fois à Sudbury en 1984. Il fut déclaré un jour officiel de deuil national par le Congrès du travail du Canada l’année suivante. La Loi sur le jour de compassion pour les travailleurs a été adoptée en 1990 et le premier Jour officiel de deuil en mémoire des personnes tuées ou blessées au travail a été observé le 28 avril 1991. Aujourd’hui, plus de 80 pays soulignent cette journée commémorative, qui sert à rappeler l’importance de la santé et la sécurité au travail.

Pour plus d’information, lisez cet article de Wikipédia (en anglaisseulement).