Aux lendemains du budget fédéral, Unifor-Québec s’attendait à plus pour le secteur forestier alors qu’une annonce est toujours espérée pour l’aérospatiale

Montréal, le 23 mars 2016 – Malgré plusieurs mesures positives présentées dans le budget, Unifor-Québec est déçu de l’absence d’annonce dans certains dossiers. Notamment, avec l’engagement du gouvernement libéral en matière d’environnement, Unifor s’attendait à ce que des mesures concrètes soient prises en lien avec l’exploitation des forêts et la transformation du bois. « Quand on sait que l’utilisation du bois peut jouer un rôle important en matière d’environnement, on reste sur notre faim », a indiqué Renaud Gagné, directeur québécois.

Unifor le réclame depuis longtemps déjà, la recherche et le développement pour la transformation du bois vers de nouveaux produits doivent être davantage soutenus, tout comme l’aide à la transformation des installations dans les papetières afin de prendre un virage radical dans de nouvelles niches de production. L’utilisation du bois devrait aussi être encouragée dans tous les ouvrages qui relèvent de la juridiction fédérale, comme l’a fait le Québec avec son code d’utilisation du bois dans les infrastructures publiques. « Durant le règne des conservateurs, le secteur industriel de la forêt a été à peine soutenu alors que cette industrie a traversé une série de crises majeures. Maintenant que les Libéraux sont au pouvoir, on s’attendait à plus », a commenté M. Gagné.

Concernant l’industrie aérospatiale, Unifor attend aussi avec impatience les actions du gouvernement Trudeau, notamment en regard de Bombardier. « Il s’agit d’un secteur industriel vital dans la région métropolitaine, des milliers d’emplois de qualité en dépendent, on attend donc des mesures concrètes majeures. Cependant, on s’attend aussi à ce que les emplois soient protégés. Il faut que les entreprises qui reçoivent de l’aide aient des obligations claires afin de maintenir, voire augmenter les emplois dans la production », a expliqué le directeur québécois.

À la mi-avril, Unifor participera avec d’autres affiliés de la FTQ à une campagne de lobby à Ottawa, nul doute que ces questions seront alors abordées.

À propos du projet Unifor

Fondé en août 2013, Unifor a été créé par la rencontre du Syndicat canadien des communications, de l’énergie et du papier (SCEP) et des Travailleurs canadiens de l’automobile (TCA). Le syndicat représente plus de 310 000 membres au Canada, dont près de 55 000 au Québec. Unifor est aussi affilié à la plus grande centrale syndicale québécoise, la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ).