PROJET TRAVAILLONS ENSEMBLE DES RÉALITÉS À COMPRENDRE, DES CULTURES À CHANGER, UN TRAVAIL À POURSUIVRE

Crédits: Popcom
Après plus de trois années de travail, des centaines de rencontres avec des syndicats, des services de main-d’oeuvre, des partenaires gouvernementaux et autres, des employeurs, des médias syndicaux et traditionnels ainsi que plus de 50 000 kilomètres parcourus à travers toutes les régions du Québec, le PROJET TRAVAILLONS ENSEMBLE se termine, laissant en héritage de nombreuses productions qui pourront servir à poursuivre le travail accompli et qui ne sera probablement jamais entièrement complété.

Le réseautage était au cœur du PROJET et nous pouvons avancer que des pas importants ont été faits, notamment dans les relations entre les syndicats affiliés à la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) et les services spécialisés de main-d’oeuvre pour personnes handicapées (SSMO-PH). Ce qui n’était pas toujours évident puisque nous nous retrouvions avec trois acteurs qui n’avaient pas l’habitude de travailler ensemble et que nous tentions d’instaurer un changement de culture dans les organisations concernées. Le syndicat travaille sur une base régulière avec l’employeur sur un ensemble de dossiers et on lui demande d’en ajouter un nouveau ainsi qu’un nouvel acteur. De son côté, le SSMO-PH ne travaillait jusqu’à présent qu’avec les employeurs, sans impliquer le syndicat. Il fallait donc tenter de compléter et de rendre actif le triangle de la collaboration, condition de succès à une intégration réussie en milieu de travail.

Nous avons constaté dans le milieu syndical un accueil, une très grande ouverture et un intérêt à comprendre la problématique vécue par les personnes handicapées dans leur accès à l’emploi, mais aussi une prise de conscience quant aux difficultés vécues par certains de leurs membres qui peuvent devenir handicapés en cours d’emploi pour des causes autres que des maladies professionnelles et des accidents de travail.

Nous sommes réalistes; il reste encore beaucoup à faire pour contrer les préjugés et lever les obstacles qui freinent l’accès et le maintien en emploi des personnes handicapées. Il faut donc continuer à mettre en évidence les capacités et les compétences de ces personnes et les capsules produites durant le PROJET sont à cet effet fort utiles, tant pour la FTQ que pour les SSMO-PH.

Du côté de la FTQ, tous sont conscients qu’il faut absolument poursuivre dans le sens des actions initiées durant le PROJET. L’information et la sensibilisation seront toujours nécessaires et il faudra continuer à faire connaître les outils développés ainsi que les expériences positives qui se réalisent dans les milieux de travail.

Quant à la poursuite du réseautage avec les syndicats locaux, le Regroupement des organismes spécialisés pour l’emploi des personnes handicapées (ROSEPH) et les SSMO-PH peuvent profiter de leurs réunions ponctuelles pour solliciter la présence d’un représentant syndical pour répondre à leurs questionnements sur les milieux syndicaux.

Le PROJET ayant permis de démontrer l’impact positif de l’implication du syndicat local pour faciliter l’intégration et le maintien en emploi des personnes handicapées, nous espérons que tous les conseillers des SSMO-PH tentent, dans la mesure du possible, d’inviter les employeurs à impliquer les représentants syndicaux dès le début de leurs démarches auprès des entreprises. Ce qui semble au départ une tâche supplémentaire pour les conseillers en emploi devient rapidement un atout majeur lorsque la personne handicapée entre dans l’entreprise puisque le syndicat local préparera le terrain et invitera ses membres à lui apporter leur soutien.

La FTQ et ses syndicats affiliés ont fait leurs devoirs et ils comptent poursuivre dans la même veine et continuer leur travail d’information, de sensibilisation de leurs membres et de réseautage avec les SSMO-PH. Les SSMO-PH souhaitent aussi poursuivre leur collaboration et songent même à essayer de rejoindre les autres centrales syndicales pour les sensibiliser et leur offrir leurs services.

Nous ne voulons pas terminer sans souligner la collaboration continue des personnes responsables du dossier au Ministère de l’Emploi et de la solidarité sociale, à Emploi-Québec et dans ses directions régionales. Nous voulons enfin remercier Emploi-Québec et la Commission des partenaires du marché du travail de leur soutien tout au long du PROJET.

***

RAPPORT FINAL DU PROJET
CAPSULES VIDÉOS
  • Taille du texte : normal
  • Imprimer la page
  • Envoyer