Liste des nouvelles

2014-10-20 16:45

Commission d’examen sur la fiscalité québécoiseLa FTQ demande un impôt minimum pour les grandes entreprises

Montréal, le 20 octobre 2014. – Dans son mémoire à la Commission d’examen sur la fiscalité québécoise qui sera présenté le 28 octobre, la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) propose d’établir un impôt minimum sur le revenu des grandes entreprises qui, malheureusement dans le contexte très difficile des finances publiques actuelles, parviennent trop souvent à éviter le paiement d’impôts. « Une partie du problème des finances publiques est que malgré tous les cadeaux fiscaux qui ont été faits aux grandes entreprises dans les dernières décennies, cela ne s’est pas nécessairement traduit par des investissements et de la création d’emploi. Les allégements fiscaux aux entreprises ont dépassé la limite de l’acceptable depuis longtemps. C’est un miroir aux alouettes dénoncé aujourd’hui par l’OCDE et le FMI eux-mêmes!, s’indigne le président de la FTQ, Daniel Boyer. Donc, il faut s’attaquer à ce problème et une de nos recommandations sera de mettre en place un impôt minimum sur le revenu des grandes entreprises comme cela s’est fait en Ontario. » « Le Conseil du patronat du Québec a dit aujourd’hui que les employeurs au Québec paient 30 % de plus que les employeurs de l’Ontario et 45 % de plus que la moyenne canadienne en cotisations sur la masse salariale, rappelle Daniel Boyer. C’est une vision tronquée de la réalité qui se trouve dans le document de consultation et que notre mémoire critiquera fortement. »

Suite
2014-10-16 14:45

Rapport du Chantier sur les améliorations à apporter à la mise en œuvre du régime forestier«Un pas dans la bonne direction, mais bien du chemin reste à faire.» — Serge Cadieux, secrétaire général de la FTQ et Renaud Gagné, directeur adjoint d’Unifor

Québec, le 16 octobre 2014. – Réagissant au dépôt du rapport du chantier dirigé par Paule Têtu, les dirigeants syndicaux ont souligné que « bien que des pistes de solutions intéressantes soient avancées, il reste encore beaucoup à faire pour corriger les graves problèmes engendrés par l’entrée en vigueur du régime en avril 2013 ». Le rapport, rendu public ce matin à Québec, a été présenté en présence du ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Laurent Lessard, et de plusieurs des partenaires de la forêt. « Le document propose des solutions intéressantes en sylviculture, mais ne propose rien pour régler les problèmes auxquels les travailleurs affectés à la récolte du bois sont confrontés », a commenté le directeur adjoint d’Unifor, Renaud Gagné. Le syndicat déplore les conditions de travail des travailleurs en forêt alors que leurs droits syndicaux ne sont plus reconnus en raison de l’introduction de nouveaux concepts comme celui du bois mis aux enchères ou des forêts de proximité. En raison d’un manque d’harmonisation législative, un vide juridique s’est créé privant les travailleurs de la protection des conventions collectives sur certains territoires de coupe. Depuis des mois, le syndicat dénonce cette situation et la dégradation massive des conditions de travail en forêt.

Suite
2014-10-16 10:35

Programme d’éducation de la FTQPlus de cinquante formations pour répondre à vos besoins

Comme chaque année, l’équipe du service de l’éducation de la FTQ a mis à jour son programme d’éducation. La FTQ propose une cinquantaine de formations régulièrement revues selon les besoins des syndicats affiliés : formations et perfectionnements de formateurs et de formatrices sur des contenus de cours de base, cours spécialisés et différentes activités du Collège FTQ-Fonds. De la santé et la sécurité du travail, aux régimes de retraite, aux assurances collectives, à la francisation, en passant par les médias sociaux, le réseau d’entraide syndical, l’action politique et le développement local et régional, le programme offre un large éventail de formations! Téléchargez le programme d’éducation Ensemble pour un monde plus juste Cette année, le programme reprend le thème de la campagne Ensemble pour un monde plus juste, menée par la FTQ et ses syndicats affiliés pour contrer les attaques de la droite. Lancée dans la foulée du dernier congrès de la FTQ, cette campagne propose d’aller à la rencontre des membres afin de renouveler le dialogue. Pour nous mobiliser et réussir, ensemble, à freiner la montée de la droite et répondre à son discours trop souvent démagogique et à ses attaques virulentes contre nos acquis sociaux et nos conditions de vie et de travail.

Suite
2014-10-15 11:05

Semaine de la relève syndicale : soyez-y !

Pour une troisième année consécutive se tiendra la Semaine de la relève syndicale du 27 au 31 octobre 2014. L’enjeu de cette semaine thématique est de préparer la relève syndicale aux enjeux sociaux, politiques et économiques actuels. De plus, cet événement permet aux nouveaux membres de se familiariser avec les structures syndicales et aide à l’intégration de ceux-ci, ce qui permet une meilleure participation dans les instances et une meilleure mobilisation face aux luttes à venir. D’ailleurs, cette année aura une couleur toute spéciale et s’intégrera dans les différentes campagnes de la FTQ , dont Ensemble pour un monde plus juste et toute la mobilisation contre les plans d’austérité des gouvernements fédéral et provincial. La centrale organisera quelques activités de réseautage et d’échange sur les pratiques syndicales. Les syndicats affiliés sont invités à offrir à leurs militantes et militants ou à leurs membres des activités dans le cadre de cette semaine de sensibilisation.

Suite
2014-10-14 11:45

Réaction de la FTQ au projet de programme universel de garderies du NPD« La FTQ applaudit et demande aux autres partis fédéraux de s’engager à faire de même. » — Daniel Boyer, président de la FTQ

Montréal, le 14 octobre 2014. – La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) applaudit le projet du Nouveau Parti démocratique (NPD) qui promet de créer un programme universel de garderies au coût maximum de 15 $ par jour s’il est élu aux prochaines élections. « Il faut souhaiter que l’ensemble de la classe politique canadienne s’inspire de cet engagement du NPD, déclare le président de la FTQ, Daniel Boyer, parce qu’un programme universel de garderies représenterait une avancée concrète pour les familles et la société dans son ensemble. » « Au Québec, nous avons observé une amélioration concrète de la capacité des femmes de participer au marché du travail. C’est non seulement un gain social pour tous, mais aussi un gain important pour l’économie du Québec », avance Daniel Boyer. « Plutôt que de planifier des baisses d’impôts qui favoriseront surtout les plus riches, les conservateurs de Harper devraient se demander comment contribuer à améliorer la vie de la population canadienne tout en donnant une impulsion à l’économie autrement que par le pétrole! », s’exclame le président de la FTQ. Les bienfaits du programme public de garderies instauré au Québec en 1997 ne sont plus contestés. Rappelons qu’une étude publiée en 2012 par la Chaire de recherche en fiscalité et en finances publiques de l’Université de Sherbrooke estimait à près de 70 000 le nombre de mères ayant intégré le marché du travail grâce à ce programme. La hausse conséquente du taux d’emploi aurait gonflé la taille de l’économie québécoise de 5 milliards de dollars. Cette étude estime ainsi que le retour sur investissement a été au moins de 1,49 $ par dollar investi pour l’État québécois.

Suite
2014-10-13 09:24

La FTQ réagit aux propos du directeur parlementaire du budget sur le dossier de l’assurance-emploi« On ne peut que saluer la réponse du DPB sur le financement de la caisse d’assurance-emploi. La FTQ soutient la proposition de bonifier le régime plutôt que de diminuer le taux de cotisation. » — Serge Cadieux, secrétaire général de la FTQ

Montréal, le 13 octobre 2014. − La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) ne peut qu’applaudir à l’analyse du directeur parlementaire du budget (DPB) qui conclut, entre autres, que le programme de crédit d’impôt aux entreprises payant moins de 15 000 $ en cotisation est un échec lamentable. « Il faut au minimum maintenir le taux de cotisation à son niveau actuel. Comme le mentionne le DPB, cela aurait au moins comme mérite d’engranger des surplus qui pourraient être utilisés à bonifier le régime en haussant les prestations ou encore en permettant à un plus grand nombre de chômeurs de se qualifier. Il ne faut surtout pas que les surplus prévus servent à d’autres fins que de bonifier le programme », a déclaré le secrétaire général de la FTQ, Serge Cadieux. Il faut plutôt exiger des entreprises qu’elles créent des emplois si elles veulent profiter de crédits d’impôt liés au taux de cotisation. « C’est un minimum! Les conservateurs semblent oublier que cet argent doit servir à venir en aide aux chômeurs et chômeuses et non à faire des cadeaux aux entreprises. Selon le DPB, ce programme de crédits d’impôt aux entreprises ne va créer que 800 emplois en deux ans et tout cela va coûter à la caisse d’assurance- emploi plus de 550 millions de dollars. C’est pratiquement du vol », ajoute le secrétaire général.

Suite
2014-10-10 10:25

Réaction de la FTQ au projet de loi no 15 sur le contrôle des effectifs dans le secteur public« Le gel des effectifs est un élément de plus dans le projet caché de M. Couillard : la réingénierie de l’État. » — Daniel Boyer, président de la FTQ

Montréal, le 10 octobre 2014. – À l’occasion du dépôt du projet de loi no 15 sur le contrôle des effectifs dans le secteur public, la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) dénonce le projet de réingénierie de l’État dans lequel se sont lancés les libéraux de Philippe Couillard. Comme en 1986 avec Robert Bourassa et en 2004 avec Jean Charest, le Parti libéral du Québec à peine élu lance une vaste opération de restructuration de l’État dans le but d’en réduire la taille et les services. « Après le budget Leitão et la frénésie d’annonces délirantes des derniers mois, on commence à voir émerger le véritable projet que caresse le gouvernement Couillard : c’est le même que proposait Jean Charest en 2004 qui avait été clairement rejeté par la population », indique le président de la FTQ, Daniel Boyer. « Le projet de loi no 15 est un élément de plus dans l’offensive néolibérale que mènent les libéraux parce qu’il consiste à donner le pouvoir à quelques personnes au sommet de l’État afin qu’elles puissent décider de la gestion des effectifs de l’ensemble du secteur public. C’est absurde, s’insurge Daniel Boyer, tout le monde sait bien que c’est un désir de contrôle impossible à satisfaire sur la durée. C’est pourquoi nous pensons que l’intention réelle est cachée : il s’agit en fait d’avoir momentanément le pouvoir d’atteindre l’objectif du déficit zéro en réduisant la masse salariale de l’État. »

Suite
2014-10-09 09:45

Amendements au projet de loi no 3Des épargnants floués par le gouvernement?

Lettre d’opinion du secrétaire général de la FTQ, Serge Cadieux, parue dans La Presse du 9 octobre 2014.

Vincent Lacroix a été condamné à 18 ans de prison pour avoir fraudé 9200 épargnants. Il doit sourire en voyant le coup de force du gouvernement sur les régimes de retraite municipaux (projet de loi no 3). Car, si elle adopte ce projet tel quel, l’Assemblée nationale rendra acceptable l’idée que l’on peut flouer de leur épargne les 70 000 personnes qui travaillent pour les municipalités et plus de 50 000 personnes à la retraite. Cela d’un coup de plume, en modifiant leur contrat de retraite de manière rétroactive. Le ministre Moreau semble oublier les deux fondements légaux des régimes de retraite à prestations déterminées, soit : offrir aux participants des rentes garanties par contrat et rendre l’employeur responsable de combler tout déficit de caisse le cas échéant. En modifiant rétroactivement le contrat dûment signé par les parties contractantes, le gouvernement se place en rupture avec l’état de droit. Ce geste, en plus d’être fort possiblement illégal, est assurément immoral.

Suite
2014-10-08 10:32

Parlez-nous de ce qui fait malcoupes@ftq.qc.ca

Des coupes budgétaires de 3,2 milliards ou de 65 000 $, ça ne nous dit pas grand-chose quand on ne sait pas ce que ça implique concrètement sur le terrain et dans la vie des personnes touchées. Alors que le gouvernement Couillard vient de se lancer dans de folles réductions budgétaires, tous les membres de la FTQ sont appelés à garder les oreilles et les yeux bien ouverts. NOUS AVONS BESOIN DE TOUTES LES INFORMATIONS en provenance de vos milieux de travail, du manque de personnel au CHSLD de la grand-mère, de l’école du petit qui a coupé dans l’aide aux devoirs ou du cégep de la grande qui doit réduire les heures de service aux étudiants. Vous avez entendu parler de compressions budgétaires dans un service public, de réduction d’effectifs ou de diminution d’heures d’ouverture? Toutes ces informations seront nécessaires pour dresser un bilan réel de l’impact des politiques d’austérité du gouvernement Couillard. Écrivez-nous : coupes@ftq.qc.ca. Texte paru dans la dernière édition du Monde ouvrier

Suite
2014-10-07 10:15

Journée mondiale pour le travail décentTravailleuses et travailleurs migrants, pas des marchandises!

Montréal, le 7 octobre 2014 — Le comité Travail migrant du Front de défense des non-syndiqué.e.s profite de la Journée mondiale pour le travail décent pour lancer la campagne « Travailleuses et travailleurs migrants : pas des marchandises! ». Cette campagne vise à dénoncer l’exclusion et la discrimination systémique dont sont victimes ces personnes et à sensibiliser les élus et élues et la population à l’importance de garantir le respect de leurs droits fondamentaux. « Les témoignages d’exploitation et de non-respect des droits s’accumulent. Ces personnes migrantes ont un grand besoin de la solidarité de la population du Québec pour faire valoir leurs droits », témoigne Enrique Lianes, porte-parole de l’Association des travailleuses et travailleurs étrangers temporaires. Chaque année, des milliers de travailleuses et de travailleurs migrants peu spécialisés arrivent au Québec. Ces personnes viennent occuper des emplois souvent délaissés par la main-d’œuvre locale, généralement à cause des mauvaises conditions offertes. Trop souvent, leurs droits fondamentaux ne sont pas respectés. « Or, toutes les personnes salariées du Québec ont droit à des conditions de travail décentes, sans discrimination. Toutes devraient avoir accès aux mêmes moyens pour assurer le plein exercice de leurs droits », affirme Mélanie Gauvin, porte-parole du Front de défense des non-syndiqué.e.s.

Suite
Pages de nouvelles:
1 2 3 4 5 Suivant Avancer de 10 pages Fin
  • Taille du texte : normal
  • Imprimer la page
  • Envoyer