Wal-Mart à Jonquière : le programme de parrainage des ex-employés fonctionne bien — Les négociations se poursuivent au magasin de Saint-Hyacinthe

Montréal, le 9 août 2005 — Trois mois après la fermeture antisyndicale du magasin Wal-Mart de Jonquière, le programme de parrainage des ex-employés mis sur pied par la FTQ et ses syndicats fonctionne bien, indique M. René Roy, secrétaire général de la centrale. Sur 98 salariés inscrits au programme, 32 ont pu jusqu’ici décrocher un nouvel emploi et 66 bénéficient toujours du soutien financier syndical. Ce soutien prend la forme d’un montant d’argent qui s’ajoute aux prestations d’assurance-emploi, ce qui permet aux ex-employés de gagner à peu près le même salaire qu’avant. L’aide peut durer jusqu’à 52 semaines.

La FTQ avait demandé à ses quelque 5 000 syndicats affiliés de participer massivement à un programme de parrainage pour venir en aide aux salariés de Jonquière, qui ont perdu leur gagne-pain le 29 avril quand Wal-Mart a fermé son premier magasin syndiqué en Amérique du Nord. « Ce programme de parrainage a deux volets : une aide financière et des offres d’emplois », note M. André Dumas, président de la section locale 503 des Travailleurs et travailleuses unis de l’alimentation et du commerce (TUAC-FTQ).

« Nos gens ont trouvé du travail surtout dans d’autres magasins de commerce de détail de la région, mais aussi dans des entreprises comme l’Alcan », révèle Sylvie Lavoie qui, avec Johanne Desbiens, est l’une des deux ex-employées embauchées par le syndicat pour aider ses camarades, grâce notamment à un comité de reclassement.

« Comme nous ne voulons pas laisser de blessés sur le champ de bataille, nous mettons tout en œuvre pour aider nos membres à retrouver un gagne-pain », dit M. Yvon Bellemare, président du Conseil québécois des TUAC-FTQ, le syndicat qui mène la campagne de syndicalisation chez Wal-Mart.

Négociations à Saint-Hyacinthe

Entre-temps, les négociations se poursuivent, avec l’aide d’un conciliateur, en vue de la signature d’un premier contrat de travail chez Wal-Mart, au magasin de Saint-Hyacinthe. De plus, le personnel de trois ateliers automobile de Wal-Mart a gagné son accréditation syndicale à Saint-Hyacinthe, Hull et Gatineau.

Une requête en accréditation a aussi été déposée par les TUAC pour les quelque 200 employés du magasin de Hull; on attend la décision de la Commission des relations du travail à ce sujet en septembre. La campagne de syndicalisation se poursuit dans d’autres magasins.

Les TUAC représentent plus de 45 000 membres au Québec et 1,4 million en Amérique du Nord. La FTQ, la plus grande centrale syndicale québécoise, représente plus d’un demi-million de membres.