Vente de la division Défense de Bombardier à Mirabel : Pour la FTQ et le Syndicat des machinistes, l'expertise et les emplois doivent absolument demeurer au Québec

Montréal, le 3 avril 2003 – « Le gouvernement fédéral doit nous donner la garantie que la vente par Bombardier Aéronautique de son centre d’entretien des chasseurs F-18, à Mirabel, permettra de conserver intégralement au Québec l’expertise et les emplois qui y sont rattachés et que nous avons gagnés de haute lutte. Comme le ministère de la Défense doit donner son autorisation à cette vente, il doit aussi exiger de telles garanties qui rassureront les salariés de Mirabel que nous représentons », déclare le président de la FTQ, M. Henri Massé.

La FTQ et le syndicat de Bombardier Aéronautique, la section locale 712 de l’Association internationale des machinistes et des travailleurs de l’aérospatiale (AIMTA-FTQ), ont d’ailleurs entrepris aujourd’hui des démarches en ce sens auprès du gouvernement fédéral. « Notre demande a été bien accueillie », ajoute M. Massé.

De son côté, le président de la section locale 712, M. Michel Lauzon, indique que « plus de 350 syndiqués travaillent actuellement à la division Défense de Bombardier Aéronautique à Mirabel. Nous voulons protéger tous ces emplois, surtout dans le contexte actuel de mises à pied massives effectuées par l’employeur ». Le syndicat local de la FTQ compte présentement quelque 7 600 membres aux installations de la compagnie à Saint-Laurent, Dorval et Mirabel.

M. Massé rappelle que Bombardier Aéronautique – et le Québec – ont obtenu le contrat d’entretien des appareils F-18 de la Défense, aux dépens du Manitoba (Winnipeg) et de l’Ontario (Toronto), à la suite d’une dure bataille menée il y a quelques années. La section locale 712 de l’AIMTA-FTQ avait participé activement à cette bataille.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale québécoise, représente plus d’un demi-million de membres.

Source

  • FTQ
  • http://ftq.qc.ca

Renseignements

  • Louis Fournier
  • lfournier@ftq.qc.ca