Une première manche gagnée à l’Organisation internationale du travail (OIT) pour les travailleuses domestiques

Montréal, le 23 juin 2010 - Sous l’impulsion de groupes de femmes et de syndicats de plusieurs pays, l’Organisation internationale du travail (OIT) a adopté un projet de convention, accompagné par une recommandation afin de faire reconnaître le travail domestique comme étant un véritable travail bénéficiant des mêmes normes d’emploi que celles des autres travailleuses et travailleurs. La Confédération des syndicats nationaux (CSN) et la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) se réjouissent de cette première manche qui vient d’être remportée.

Cette décision est le fruit du travail de la Commission sur les travailleurs domestiques composée des représentantes et représentants de gouvernements, d’employeurs et de syndicats réunis à la Conférence internationale du travail à Genève qui s’est tenue du 2 au 18 juin derniers.

Il s’agit d’une avancée importante pour des femmes dans de nombreux pays. L’adoption finale d’une convention internationale fera l’objet de discussion à l’occasion de la 100e session de la Conférence internationale du travail en juin 2011.

L’année qui vient sera déterminante. Les travailleuses domestiques sont souvent victimes de discrimination et de préjugés. Œuvrant dans des maisons privées, leur travail est propice à toutes sortes d’abus, de harcèlement et d’agressions diverses.

La CSN et la FTQ, qui étaient représentées à la Commission sur les travailleurs domestiques, comptent bien faire toutes les pressions nécessaires auprès du gouvernement du Canada pour qu’il souscrive à l’adoption d’une convention forte et équitable rendant justice à ces milliers de travailleuses.

-30-

Pour information : Louis Cauchy, FTQ, 514 383-8031