« Une autre mesure du budget Bachand qui doit être dénoncée » – Michel Arsenault, président de la FTQ

La FTQ réagit aux compressions d’effectifs du personnel administratif des réseaux de la santé et de l’éducation

Montréal, le 26 mai 2010 – « Il est impensable que le gouvernement du Québec en vienne à supprimer des postes dans les réseaux de la santé et de l’éducation. Pourtant, c’est bien ce qui est proposé dans le projet de loi 100, qui donne suite au budget Bachand. Il s’agit d’une autre mesure sur laquelle le gouvernement devra reculer tôt ou tard », a déclaré Michel Arsenault, président de la FTQ.

En effet, l’article 12 du projet de loi oblige les organismes des réseaux de la santé et de l’éducation à réduire la taille des effectifs du personnel administratif, d’ici 2013, afin de contribuer à l’effort de réduction des dépenses.

« Pourtant, nous entendons constamment que le personnel des soins de santé et le personnel enseignant sont déjà grandement débordés par les tâches administratives, ce qui les empêche de se consacrer pleinement à leurs fonctions premières, soient celles de soigner les malades et enseigner à nos enfants. C’est complètement insensé de croire que la solution est aussi simple que de supprimer des postes dans les services administratifs, et que ce sera sans conséquence pour les services à la population », a ajouté le président de la FTQ.

Alors que les contrats de travail des 500 000 travailleuses et travailleurs des services publics sont présentement en négociation, la FTQ rappelle au gouvernement qu’il devrait plutôt s’attarder à négocier pour trouver des solutions aux problèmes de pénurie de main-d’œuvre, qui font rage dans tous les types d’emploi dans les secteurs public et parapublic.

« Les conventions collectives ne sont même pas conclues que le gouvernement annonce déjà qu’il n’a pas l’intention d’en tenir compte quand viendra le temps de supprimer des postes. De notre côté, nous continuons de chercher des solutions durables pour améliorer nos services publics, qui ne se trouvent manifestement pas dans le budget Bachand », a conclu Michel Arsenault.

La FTQ représente près de 50 000 travailleuses et travailleurs dans les réseaux de la santé et de l’éducation. Ces personnes sont membres du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), du Syndicat québécois des employées et employés de service (SQEES), du Syndicat des employées et employés professionnel-les et de bureau (SEPB) et de l’Union des employées et employés de service (UES-800).

La FTQ est la plus grande centrale syndicale québécoise, avec plus d’un demi-million de membres.

– 30 –
Source : FTQ
Renseignements : Jean Laverdière cell. 514 893-7809