« Un pas dans la bonne direction, qui nous laisse cependant sur notre appétit » – René Roy, secrétaire général de la FTQ

Réaction de la FTQ à la hausse du salaire minimum

Montréal, 13 décembre 2007 — La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), salue l’annonce de l’augmentation du salaire minimum qui passera de 8 $ l’heure à 8,50 $ au 1er mai 2008. « Le gouvernement libéral fait un bel effort, cependant il lui reste encore quelques marches à monter. L’objectif historique des gouvernements est d’atteindre 47 % du salaire horaire moyen. Or pour atteindre ce seuil, le gouvernement aurait dû faire passer le salaire minimum à 8,87 $ l’heure. Les travailleurs les plus pauvres de la société n’ont pas de quoi sabrer le champagne », a déclaré René Roy, secrétaire général de la FTQ.

Le gouvernement oublie les travailleurs et les travailleuses du vêtement

La FTQ ne comprend pas la décision du gouvernement de n’accorder qu’une hausse de 25 cents l’heure aux milliers de travailleurs et des travailleuses du secteur du vêtement. « Nous aurions souhaité que le gouvernement maintienne le même ratio d’augmentation pour les salariés du vêtement. Nous demandons également au gouvernement d’adopter un processus d’augmentation du salaire minimum par étape, avec des hausses à tous les six mois, tout en ayant pour cible le seuil de faible revenu qui se situe à 10,19 $ l’heure », a conclu le secrétaire général de la FTQ, René Roy.

La FTQ est la plus grande centrale syndicale québécoise avec plus de un demi-million de membres.

– 30 –

Source : FTQ
Renseignements : Jean Laverdière (514) 893-7809