« Un an dans la rue c’est assez. Québec doit mettre fin à la prise d’otages de la Domtar sur la région et ses travailleurs » – Henri Massé, président de la FTQ

Les travailleurs de la Domtar à Lebel-sur-Quévillon réclament la fin du lock-out

Lebel-sur-Quévillon, le 24 novembre 2006 – Plus de 250 travailleurs et leurs familles ont manifesté aujourd’hui dans les rues de Lebel-sur-Quévillon afin de dénoncer le lock-out dont ils sont victimes depuis maintenant un an. Le 24 novembre 2005, la compagnie Domtar mettait fin aux négociations pour le renouvellement de la convention collective de travail des 450 employés de l’usine de pâte de Lebel-sur-Quévillon en décrétant un lock-out. Depuis, les négociations n’ont rien donné. Les travailleurs, représentés par le Syndicat canadien des communications de l’énergie et du papier (SCEP), affilié à la FTQ, en ont assez. Afin de marquer leur mécontentement, ils ont dressé un blocus de la route 113 et distribué des tracts.

Des appuis de tout le Québec

Forts du soutien de toute la région, les travailleurs de la Domtar peuvent aussi compter sur l’appui de la FTQ et des Conseils régionaux de la FTQ de tout le Québec. Présent à la manifestation, le président de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), M. Henri Massé, a vivement dénoncé l’entreprise. « La compagnie Domtar tient la région de Lebel-sur-Quévillon en otage. La papetière est en train d’étrangler les travailleuses et les travailleurs en les maintenant dans la rue et met en danger la survie de cette municipalité de 3 500 habitants, dont l’économie dépend presque exclusivement des activités de la Domtar », a déclaré le président de la FTQ, M. Henri Massé.

M. Claude Maltais, vice-président de la FTQ et représentant les Conseils régionaux de la FTQ ajoute : « Ce lock-out est une grave injustice. Nous avons déjà eu l’occasion de démontrer notre solidarité à l’endroit des travailleurs lors d’un déjeuner-bénéfice à Québec et nous continuerons de soutenir les travailleurs et les travailleuses. »

Un autre Noël dans la rue pour les familles en lock-out

« C’est toute la région qui est affectée par ce conflit. Il est temps que le gouvernement du Québec, qui détient 24 % des actions de l’entreprise, mette au pas les dirigeants. C’est la survie de Lebel-sur-Quévillon qui en dépend », ont déclaré le vice-président du Conseil régional de la FTQ de l’Abitibi-Témiscamingue et Nord-du-Québec, Alain Anglehart, et le président de la section locale 1492 du SCEP, Mario Pothier.

Le représentant national du SCEP pour le Québec, M. Daniel Larouche, en a profité pour lancer un appel au ministre des Ressources naturelles et de la Faune et député d’Abitibi-Est, M. Pierre Corbeil : « Le ministre doit mettre fin aux tergiversations de la Domtar et ramener l’entreprise à la table de négociation. »

« Nous sommes ici à Lebel-sur-Quévillon pour démontrer notre appui sans équivoque à l’endroit des travailleurs et des travailleuses affectés par ce lock-out. Nous sommes solidaires des familles de la région. Vous avez le soutien de la FTQ. Domtar doit mettre fin au lock-out, rappeler le personnel au travail, rouvrir l’usine et signer une nouvelle convention collective de travail », a conclu le président de la FTQ.

La FTQ est la plus grande centrale syndicale québécoise avec plus de un demi-million de membres.

–30–

Source : FTQ

Renseignements : Jean Laverdière, FTQ 514 893-7809