Soutien à l’emploi et rôle complémentaire devraient être au cœur du mandat de la nouvelle société d’État selon la FTQ et le Fonds de solidarité FTQ

Le projet de loi 123 sur la fusion de la Société générale de financement du Québec et Investissement Québec

Montréal, le 11 novembre 2010 – Invités à présenter un mémoire en commission parlementaire concernant le projet de loi 123 sur la fusion de la Société générale de financement du Québec (SGF) et Investissement Québec, la FTQ et le Fonds de solidarité FTQ ont exposé leurs recommandations concernant les objectifs que devrait poursuivre la nouvelle société d’État.

Pour le secrétaire général de la FTQ et secrétaire du conseil d’administration du Fonds de solidarité FTQ, « il est important que le mandat de la nouvelle société soit bonifié de manière à prendre en compte tant le soutien à l’emploi, que le développement des régions. Elle devrait ainsi soutenir l’État dans l’établissement d’une politique cohérente de développement économique du Québec. En plus des grands projets structurants, elle devrait assurer une forte présence dans le financement des secteurs porteurs, notamment ceux de la nouvelle économie et des énergies nouvelles », a soutenu René Roy.

« Depuis près de 30 ans, le Fonds de solidarité FTQ joue un rôle structurant dans le développement économique du Québec. Il a travaillé à maintes reprises avec les deux sociétés, particulièrement dans la dernière crise financière. À lui seul, le Fonds n’aurait pu répondre à tous les besoins des entreprises; les actions tant de la SGF que d’Investissement Québec ont ainsi été essentielles. Dans une économie moderne, la présence de sociétés publiques de financement demeure indispensable pour assurer un développement équilibré du Québec », a ajouté René Roy.

« Nous saluons la fusion SGF et Investissement Québec et nous sommes convaincus que le mandat de la nouvelle entité doit être en complémentarité avec celui des autres institutions formant l’écosystème financier. En prenant une plus grande part de risque, la nouvelle entité jouera pleinement son rôle de catalyseur du développement économique du Québec. Grâce à nos forces distinctives, nous continuerons à améliorer la compétitivité des entreprises québécoises qui ont à faire face à des défis de taille compte tenu de la mondialisation des marchés », a déclaré Gaétan Morin premier, vice-président aux Investissements du Fonds de solidarité FTQ.

À propos du Fonds de solidarité FTQ

Faire tourner l’économie d’ici, grâce au Fonds de solidarité FTQ. Avec un actif net de 7,3 milliards $ au 31 mai 2010, ce fonds d’investissement en capital de développement fait appel à l’épargne des Québécoises et des Québécois. Ses investissements, dans tous les secteurs de l’économie, contribuent à la création et au maintien d’emplois dans les entreprises et favorisent le développement du Québec. Le Fonds de solidarité FTQ est partenaire, directement ou par l’intermédiaire de l’un des membres de son réseau, dans 2 052 entreprises. Il compte 577 511 actionnaires-propriétaires et participe, seul ou avec d’autres partenaires financiers, à la création, au maintien et à la sauvegarde de 150 133 emplois. Pour en savoir plus, consultez le site www.fondsftq.com.

La FTQ est la plus grande centrale syndicale québécoise avec 600 000 membres.