Sondage Léger-FTQ : Les non-syndiqués qui préféreraient être syndiqués choisiraient en majorité la FTQ

Québec, le 27 novembre 2001- Les non-syndiqués qui préféreraient être syndiqués au Québec choisiraient en majorité (52,5 %) un syndicat de la FTQ, révèle un sondage Léger Marketing réalisé pour le compte de la FTQ et rendu public ce matin lors du congrès de la centrale à Québec. Au total, 27% des non-syndiqués faisant partie de la population active préféreraient être syndiqués s’ils en avaient le choix.

Si la majorité d’entre eux optent pour la FTQ, 25,1 % ne choisissent aucun syndicat en particulier alors que 11,9 % préfèrent un syndicat non affilié à la FTQ. 10,9 % ne savent pas ou refusent de répondre.

Le sondage a été effectué du 18 au 22 octobre 2001 auprès de 1016 personnes. Un échantillon de cette taille est précis à 3,4 points de pourcentage près, 19 fois sur 20.

Attrait du syndicalisme chez les jeunes
Selon le sondage, l’attrait du syndicalisme est plus fort chez les jeunes. En effet, 60,6 % des 18-24 ans préféreraient être syndiqués s’ils en avaient le choix.

Le sondage révèle qu’une très forte majorité des personnes déjà syndiquées (79,3 %) préfèrent le demeurer. Quant aux personnes non syndiquées, 27 % de celles qui font partie de la population active préféreraient être syndiquées si elles en avaient le choix.

Au total, près de la moitié (46,6 %) de la population active – syndiqués et non-syndiqués, – préférerait être syndiquée si le choix lui en était offert. Cela représente dix points de pourcentage de plus que la proportion des répondants qui disent être syndiqués (36,3 %). Une proportion de 46,2 % de la population active préférerait ne pas être syndiquée.

Le syndicalisme nécessaire
Le sondage Léger-FTQ révèle qu’une forte majorité des Québécois (63,3%) estiment que le syndicalisme est nécessaire. La nécessité du syndicalisme est plus affirmée chez les jeunes de 18 à 24 ans : 34,1 % d’entre eux considèrent le syndicalisme très nécessaire, comparé à 17,4 % pour l’ensemble des répondants.

Le pouvoir des syndicats
Plus de la moitié de la population (57,2 %) estime que les syndicats ont juste assez (41,8 %) ou pas assez (15,4 %) de pouvoir. D’un autre côté, 37,8 % des Québécois croient que les syndicats ont trop de pouvoir.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale québécoise, représente plus d’un demi-million de membres.

Source

  • FTQ
  • http://ftq.qc.ca

Renseignements

  • Louis Fournier
  • lfournier@ftq.qc.ca