Règlements majeurs dans la construction jusqu'en 2007

Montréal, samedi 20 mars 2004 – Alors même que plusieurs groupes d’intérêt tentent d’exacerber les tensions réelles ou appréhendées sur les grands chantiers du Québec, les parties (Conseil conjoint FTQ-construction et Conseil provincial du Québec des métiers de la construction – international et l’Association des constructeurs de routes et grands travaux du Québec et l’ACQ) ont conclu, vendredi 19 mars, une entente de principe pour renouveler les conventions collectives des secteurs institutionnel-commercial-industriel et génie civil jusqu’en 2007.

Les parties ont convenu, à la lumière des récents événements qui ont ébranlé certains grands chantiers, de poursuivre des discussions pour le règlement des questions relatives à la mise en place d’un environnement de travail sain, compétitif et productif.

Cesser la campagne de désinformation qui nuit aux investissements

« Nous sommes conscients de l’importance de ces changements pour garantir un climat favorable à l’investissement dans l’économie du Québec.

« Mais en même temps, nous demandons aux porte-parole d’organisations patronales étrangères au secteur de la construction de cesser leur campagne de peur et de désinformation qui ne peut que nuire aux investissements », a déclaré Jean Lavallée, président du Conseil conjoint (FTQ-construction) (CPQMC – international).

Regarder vers l’avenir

« Nous nous sommes engagés à participer à l’analyse et à la résolution des questions de productivité, d’organisation du travail et de l’adaptation de notre industrie à l’évolution des marchés.

« Il faut regarder vers l’avenir et ne pas tenter d’ostraciser les travailleurs de la construction comme notre société l’a trop souvent fait depuis plus de 30 ans », a ajouté le président de la plus importante organisation syndicale dans la construction au Québec.

Des gains majeurs

« Nous avons également convenu d’une réorganisation majeure du régime de retraite pour palier aux problèmes de déficit du régime pour en assurer la viabilité à long terme. Quant aux assurances collectives, nous nous sommes entendus sur la mise en place de mécanismes pour assurer l’autonomie financière du régime.

« Pour les travailleurs oeuvrant à la Baie-James, nous avons réussi à obtenir des conditions améliorées sur la période les rendant admissibles à un retour dans leur milieu de vie, tout en majorant leur prime d’éloignement de 2 % au 1er janvier 2005 et de 2 % supplémentaires au 30 avril 2006 », a ajouté M. Lavallée.

Une majoration globale de 13 % sur 3 ans

L’entente sur les salaires dans les secteurs institutionnel-commercial-industriel et génie civil prévoit une augmentation de 3,8 % pour la 2e année du contrat, de 3,7 % pour la 3e année. Une majoration de 5,5 % pour la 1re année est applicable aux régimes de retraite et d’assurance.

« Nous n’avons pas mené ces négociations sur la place publique, malgré les pressions intenses exercées par les médias et certains acteurs économiques et politiques.

« Et nous croyons que l’aboutissement de ces négociations permettra d’améliorer la productivité et le climat de travail tout en créant les conditions favorables à une recrudescence des investissements partout au Québec dans l’industrie », a indiqué le dirigeant syndical.

Pour un règlement dans le secteur résidentiel

« Nous espérons un règlement dans le secteur de la construction résidentielle où les parties se soumettront, dès la semaine prochaine, à un exercice de conciliation », a conclu Jean Lavallée.

Source

  • FTQ
  • http://ftq.qc.ca

Renseignements

  • Louis Cauchy