« Qu’est-ce que ça va prendre de plus pour réveiller les gouvernements? » – René Roy, secrétaire général de la FTQ

Plus de 33 000 pertes d’emplois dans le secteur manufacturier au Québec entre janvier et février 2007

Montréal, vendredi le 9 mars 2007 – « Plus de 33 000 emplois ont été perdus dans le secteur manufacturier au Québec entre janvier et février 2007 et les gouvernements continuent à regarder la caravane passer sans lever le petit doigt. Qu’est-ce que ça va prendre pour les réveiller? », a questionné le secrétaire général de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), René Roy, qui commentait la dernière enquête de Statistiques Canada sur la population active.

Le Québec écope plus que sa part

Rappelons que le Québec avait déjà perdu plus de 100 000 emplois manufacturiers depuis novembre 2002. On parle donc de 133 000 emplois manufacturiers perdus au Québec contre quelque 250 000 emplois perdus dans ce secteur pour l’ensemble du Canada.

« On écope de plus de la moitié des pertes d’emplois manufacturiers au Canada. Et ce sont des emplois au salaire moyen de 20,68 $. Quel message plus fort peut-on envoyer aux différents paliers de gouvernement sur la nécessité d’une intervention costaude et urgente? », a fait valoir le dirigeant de la FTQ.

Un sommet plus pertinent que jamais

« Notre appel pour la tenue d’un sommet sur le secteur manufacturier n’en est que plus pressant et pertinent. Le secteur manufacturier québécois est aujourd’hui dans le cœur de l’ouragan et si on n’agit pas tout de suite, il n’en restera plus grand chose demain matin », a insisté René Roy.

« À la veille du dépôt du prochain budget fédéral et devant le laxisme patent du gouvernement Harper dans la répartition des retombées du contrat de Boeing, on s’attend à un changement de cap important de la part de ce gouvernement », a conclu M. Roy.

La FTQ est la plus grande centrale syndicale québécoise avec plus de un demi-million de membres.

– 30 –

Source : FTQ
Renseignements : Louis Cauchy, 514 235-3996
Jean Laverdière, 514 893-7809