Projet de loi antiterroriste : La FTQ accueille favorablement les amendements proposés

Montréal, 20 novembre 2001 – Même si elle estime encore qu’une loi antiterroriste n’est pas absolument nécessaire, la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) accueille favorablement les amendements annoncés en fin d’après-midi à Ottawa par le gouvernement fédéral et qui éloignent les principaux dangers de dérapages contenus dans le projet de loi C-36, déclare M. René Roy, secrétaire général de la centrale.

« La FTQ est d’accord avec la lutte antiterroriste au Canada, mais elle s’inquiétait vivement de l’outil législatif que le gouvernement fédéral voulait utiliser. Or, les amendements apportés aujourd’hui par la ministre de la Justice vont dans le sens des représentations que nous avons faites récemment en commission parlementaire. Ces amendements suppriment certains des irritants majeurs du projet et éloignent les principaux dangers d’abus contre les droits et libertés, dit M. Roy.

« En particulier, indique M. Roy, des actions syndicales légitimes, parfois qualifiées d’illicites par les gouvernements, ne pourront pas être assimilées à des actes terroristes, comme nous le faisait craindre le projet C-36. De plus, une clause crépusculaire sera insérée dans le projet pour abolir au bout de cinq ans certaines dispositions, notamment en matière de détention préventive. Enfin, la loi sera révisée tous les trois ans.

« Dans les circonstances, sans approuver le vote de ce projet de loi, la FTQ reconnaît que le gouvernement fédéral a tenu compte de plusieurs critiques que nous lui avions adressées et qu’il s’est amendé quant aux aspects les plus dangereux de ce projet de loi. »

La FTQ, la plus grande centrale syndicale québécoise, représente plus d’un demi-million de membres.

Source

  • FTQ
  • http://ftq.qc.ca

Renseignements

  • Louis Fournier
  • lfournier@ftq.qc.ca