Produits fabriqués dans des conditions de travail abusives : LA DIRECTION DE LA BAIE A RENCONTRÉ CE MATIN, À TORONTO, DES REPRÉSENTANTS SYNDICAUX DONT CEUX DE LA FTQ

Montréal, 6 mars 2001 - La direction de La Baie s’est engagée aujourd’hui à débattre, à son assemblée annuelle des actionnaires, une résolution sur l’adoption d’un code de conduite à l’égard des conditions de travail dans lesquelles sont fabriqués les vêtements et autres produits vendus dans ses magasins, annonce M. René Roy, secrétaire général de la FTQ.

Une délégation syndicale canadienne, dont faisait partie la FTQ, a rencontré ce matin à Toronto, au siège social de Compagnie de la Baie d’Hudson, deux représentants de la haute direction de l’entreprise, le secrétaire du conseil d’administration James Ingram et le vice-président aux ressources humaines David Crisp. Ceux-ci se sont engagés à ce que, lors de l’assemblée des actionnaires le 23 mai prochain, soit débattue la résolution présentée par des caisses de retraite syndicales sur le code de conduite à adopter.

‘ Les magasins La Baie ont une grande responsabilité sociale quant aux conditions de travail abusives qui sévissent dans certains établissements, ici ou dans d’autres pays, où sont fabriqués les produits qu’elle vend aux consommateurs, dit M. Roy. Par exemple, La Baie obtient des marchandises de pays comme la Chine où les droits des salariés sont souvent violés. Même au Canada, des entrepreneurs à contrat contreviennent aux normes du salaire minimum dans l’emploi d’une main-d’œuvre à domicile. Nous croyons que des codes de conduite et des méthodes de vérification efficace inciteront les fournisseurs à améliorer leurs normes d’emploi. ‘

La campagne syndicale vise aussi les deux autres plus grandes chaînes de magasins de détail au Canada, Sears et Wal-Mart.

Un des proposeurs de la résolution est le Syndicat des pompiers du Québec (FTQ), section locale de LaSalle-Verdun, dont le représentant, Richard Bowes, était présent à la rencontre de Toronto ce matin. Monsieur Bowes sera aussi à l’assemblée des actionnaires de La Baie pour y présenter la proposition.

Essentiellement, cette proposition demande à La Baie, Sears et Wal-Mart d’améliorer leur méthodes de surveillance de façon à s’assurer que leurs fournisseurs respectent les normes universellement reconnues en matière de droits fondamentaux des travailleurs et travailleuses, soit celles de l’Organisation internationale du travail (OIT). Ces normes prévoient notamment la liberté d’association et la reconnaissance effective du droit à la négociation collective, l’élimination du travail forcé et obligatoire sous toutes ses formes, l’abolition effective de la main-d’œuvre enfantine, ainsi que l’élimination de la discrimination dans l’emploi.

Monsieur Roy conclut : ‘ Cette action de la FTQ fait suite au plan adopté l’automne dernier lors de notre colloque sur les caisses de retraite. Celles-ci constituent un levier d’action extraordinaire et nous allons l’utiliser au maximum pour contribuer à améliorer les conditions de travail et de vie partout dans le monde. ‘

La FTQ, la plus grande centrale syndicale québécoise, représente près d’un demi-million de membres.

Source

  • FTQ
  • http://www.ftq.qc.ca

Renseignements

  • Louis Fournier
  • lfournier@ftq.qc.ca