Politique jeunesse : Le comité des jeunes de la FTQ aurait souhaité des actions concrètes en matière de clauses de disparité de traitement

Comité des jeunes de la FTQ

En réaction au dévoilement de la politique jeunesse, hier, à Québec, le comité des jeunes de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) déplore l’inaction du gouvernement dans le dossier des clauses de disparité (CDT) de traitement qui connaissent un retour en force avec les enjeux liés à la pérennité des régimes de retraite. «Le gouvernement dit vouloir étudier le dossier des CDT. Toutefois, le sujet a déjà été étudié en long et en large et les solutions ont été identifiées depuis longtemps. Il ne reste vraiment qu’à passer à l’action. De plus, cela répondrait à un réel consensus de la jeunesse, car même l’aile jeunesse du Parti libéral souhaite la fin des CDT», déclare le porte-parole du comité des jeunes de la FTQ, Maxime Sabourin.

Le comité des jeunes, qui avait déposé un mémoire en octobre dernier lors des consultations sur la politique jeunesse, considère également que bien qu’il énonce une série d’objectifs et d’intentions qui sont fort louables, le gouvernement se contredit par les politiques qu’il met en place depuis son arrivée au pouvoir.

«Alors qu’il affirme dans sa politique jeunesse souhaiter favoriser la conciliation travail-famille, le gouvernement met l’accessibilité et l’universalité du réseau des services de garde en péril en coupant de manière draconienne dans son financement et en augmentant les tarifs de CPE. Le gouvernement parle aussi des deux côtés de la bouche quand il affirme vouloir favoriser la participation citoyenne des jeunes dans différentes instances représentatives, tout en abolissant le financement des forums jeunesse qui avaient précisément ce mandat», se désole Maxime Sabourin.

Le comité des jeunes de la FTQ entend poursuivre le travail et les représentations qui mèneront à l’adoption de la stratégie jeunesse au cours des prochains mois.

Le comité des jeunes a pour mandat de conseiller la FTQ sur les questions touchant la jeunesse, notamment en matière de promotion du syndicalisme, de la formation syndicale, d’information, de recrutement, de santé et de sécurité et des conditions de vie des jeunes.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale au Québec, représente plus de 600 000 travailleurs et travailleuses.