Plus de 1000 membres de la FTQ impliqués dans 15 conflits de travail – Menace de grève dans les librairies Renaud-Bray

Montréal, le 8 octobre 2003 – Un peu plus de mille membres de syndicats affiliés à la FTQ sont actuellement impliqués dans quinze grèves et lock-out dans plusieurs régions du Québec, annonce le secrétaire général de la centrale, M. René Roy.

De plus, une menace de grève pèse sur une dizaine de succursales de la chaîne de librairies Renaud-Bray à Montréal, Sherbrooke et Victoriaville, où le recours possible à un arrêt de travail a été voté à 89 %. Les 340 jeunes syndiqués sont membres du Syndicat des employées et employés professionnels-les et de bureau (SEPB-FTQ).

Le dernier conflit en date à la FTQ a débuté hier à la compagnie Relizon de Longueuil, qui approvisionne en matériel de bureau les caisses Desjardins et la Banque Nationale. Les 37 grévistes sont membres du SEPB.

Une grève a également commencé lundi à la Société de transport de Trois-Rivières, où la centaine de chauffeurs d’autobus et mécaniciens sont membres du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP).

Laurentides-Lanaudière

Dans cette région marquée par quatre conflits de travail, une grève a débuté le 29 septembre à Saint-Jérôme chez Intégration Travail Laurentides, au Service Travail Maison. Une soixantaine d’aides domestiques dans le secteur de l’économie sociale tentent de négocier un premier contrat de travail. Elles sont membres du Syndicat québécois des employées et employés de service (SQEES).

Un lock-out est en cours à la scierie Bellerive Kanenda, à Mont-Laurier, depuis le 23 septembre. Les 70 salariés sont membres de la Fraternité nationale des forestiers et travailleurs d’usines (FNFTU).

Des grèves durent depuis le 11 mars dernier dans les municipalités de Saint-Jean-de-Matha et Sainte-Béatrix, où le personnel est représenté par le SCFP.

Montérégie

Le plus important conflit quant au nombre de membres impliqués est en cours dans cette région. Près de 400 salariés du fabricant de bottes et autres produits de caoutchouc Acton International, à Acton Vale, sont en lock-out depuis le 30 août. Ils sont membres du Syndicat des communications, de l’énergie et du papier (SCEP).

Côte-Nord

Le personnel de la seule succursale syndiquée de la Banque Nationale, à Fermont, est en lock-out depuis le 16 juin. Les sept employées sont membres du Syndicat des Métallos. Par ailleurs, 110 salariés de la scierie Manic (Kruger) à Raguenau, membres du SCEP, sont en grève depuis le 17 août.

Bas-Saint-Laurent

Une grève est en cours à la caisse Desjardins de Kamouraska depuis le 25 septembre. Les cinq grévistes sont membres du SEPB. Par ailleurs, une quarantaine de membres du SCEP ont débrayé le 26 septembre à la scierie du Groupe G.D.S. à Dégelis dans le Témiscouata.

Québec

Une grève a débuté le 1er octobre au supermarché Métro Champfleury dans la Capitale nationale. Les 80 grévistes sont membres des Travailleurs et travailleuses unis de l’alimentation et du commerce (TUAC).

Montréal

Dans la métropole, 70 employés des cafétérias de Bombardier Aéronautique sont en grève depuis le 14 août. Ils sont membres du Syndicat des machinistes. Par ailleurs, un conflit perdure au Centre d’accès à l’information juridique du Palais de Justice de Montréal, où une douzaine de techniciens et commis ont débrayé le 19 février dernier.

17 mois de lock-out en Abitibi

Enfin, le plus long conflit vécu actuellement par des membres de la FTQ a débuté il y a plus de dix-sept mois à Malartic : les cinq cols blancs de la ville, membres du SCFP, sont en lock-out depuis le 29 avril 2002.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale québécoise, représente plus d’un demi-million de membres.

Source

  • FTQ
  • http://ftq.qc.ca

Renseignements

  • Louis Fournier
  • lfournier@ftq.qc.ca