Pas de grève dans la construction résidentielle

Montréal, 17 mai 2001 - La grève prévue pour mardi prochain (le 22 mai) dans le secteur de la construction résidentielle est écartée à la suite d’une entente qui vient d’être conclue entre le Conseil conjoint de la construction – qui regroupe la FTQ et le Conseil des métiers – et l’Association provinciale des constructeurs d’habitations du Québec. Plus de 25 000 travailleurs du bâtiment sont concernés par cette entente négociée, qui constitue une première dans le secteur.

En vertu de l’entente, les travailleurs de ce qu’il est convenu d’appeler le secteur résidentiel lourd, soit les bâtiments de quatre étages et plus, obtiennent une hausse de la masse salariale de l’ordre de 18 % sur trois ans, ce qui leur donne la parité avec les autres secteurs de l’industrie de la construction. De leur côté, les salariés du secteur résidentiel léger obtiennent une hausse de l’ordre de 12 % sur trois ans. La convention sera en vigueur jusqu’au 1er mai 2004.

Les négociations se poursuivent à la table centrale sur quelques autres clauses, ainsi qu’aux tables particulières des métiers.

Les négociations se poursuivent également dans les autres secteurs de l’industrie : dans la construction commerciale, institutionnelle et industrielle, on peut s’attendre à des développements positifs d’ici la fin de semaine; dans le secteur des routes et grands travaux, les négociations sont plus ardues.

Le Conseil conjoint de la construction (FTQ) représente 72 % des quelque 100 000 salariés du bâtiment au Québec. En vertu de la loi, il négocie au nom de tous les salariés en raison de sa très forte majorité. Les syndiqués ont voté à plus de 90 % en faveur d’un débrayage à compter du 22 mai.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale québécoise, représente plus d’un demi-million de membres.

Source

  • FTQ
  • http://www.ftq.qc.ca

Renseignements

  • Louis Fournier
  • lfournier@ftq.qc.ca