Négociation avec les groupes étudiants

Les organisations syndicales membres de l’Alliance sociale dénoncent la mauvaise foi de la ministre de l’Éducation

Montréal, le 25 avril 2012. – Les organisations syndicales membres de l’Alliance sociale (APTS, CSD, CSQ, CSN, FTQ, SFPQ, SPGQ) dénoncent la mauvaise foi dont fait preuve la ministre de l’Éducation, Line Beauchamp, et lui demandent de reprendre la négociation avec toutes les organisations étudiantes pour qu’on voie poindre enfin un règlement.

« Depuis le début de la négociation, le gouvernement cherche des faux-fuyants pour éviter de négocier de bonne foi. Une série de demandes s’enchaîne : dénonciation de la violence de la part des associations étudiantes, trêve d’actions, reprise de cours et, aujourd’hui, exclusion d’un des groupes sous de faux prétextes. Le gouvernement accuse les groupes étudiants de ne pas respecter les engagements fixés au départ, alors que le premier ministre ajoute de l’huile sur le feu en exigeant la reprise des cours et la fin de la grève », ont indiqué les représentantes et représentants de l’Alliance sociale.

L’Alliance sociale en appelle au sérieux de la démarche de négociation. Le gouvernement doit mettre des propositions sur la table et arrêter de jouer sur les mots. De la même manière, il doit accepter de négocier avec les interlocuteurs choisis par les groupes étudiants.

Les membres de l’Alliance sociale rappellent que le vrai nœud du problème reste et demeure les droits de scolarité. Les négociations doivent porter sur cet enjeu pour lequel luttent des milliers d’étudiantes et d’étudiants depuis 11 semaines.

L’Alliance sociale représente plus d’un million de membres.

– 30 –

Pour information : Jean Laverdière, 514 893-7809