Mesures budgétaires nettement insuffisantes pour les travailleurs

Budget du ministre Flaherty

Montréal, mardi 26 février 2008 – La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) juge nettement insuffisantes les mesures du budget fédéral pour les travailleurs aux prises avec l’une des pires crises des secteurs manufacturier et forestier qu’ait connue le Québec.

Les travailleurs laissés-pour-compte

« Avec un surplus de 13 milliards de dollars, on aurait pu s’attendre à l’injection massive de capitaux pour les travailleurs âgés qui ont perdu leur emploi, pour la formation et la réorientation des travailleurs plus jeunes, pour compenser les conséquences de la force de la devise canadienne et les coûts inflationnistes de l’énergie », a estimé le secrétaire général de la FTQ, René Roy, dans une réaction préliminaire au budget fédéral déposé aujourd’hui.

Rembourser la dette n’est pas une priorité

« Non seulement ce budget néglige les travailleurs, mais dans un contexte de restructurations manufacturières, de ralentissement économique important, d’intensification prévue des pertes d’emplois manufacturiers, nous questionnons sérieusement l’à-propos du remboursement d’une partie de la dette à hauteur de 10 milliards de dollars dans les circonstances.

« Alors qu’il y a des besoins criants en santé, en éducation, pour la formation professionnelle, le soutien aux travailleurs touchés par les fermetures, les infrastructures, le remboursement de la dette devrait être relégué très loin dans les priorités. D’autant plus que si une récession américaine survenait, le gouvernement aurait besoin de toutes ses ressources pour en limiter les répercussions ici », a ajouté le secrétaire général de la FTQ.

Un gouvernement qui ne tire pas de leçon

La FTQ avait réclamé une bonification substantielle du fonds d’aide aux communautés de un milliard de dollars mis sur pied récemment par le gouvernement conservateur. Or le budget Flaherty n’y change absolument rien.

« Manifestement, ce gouvernement n’a tiré aucune leçon du tollé presque unanime qui avait accompagné son annonce d’un fonds de un milliard de dollars à être distribués au prorata de la population.

« Ces montants non ciblés et anémiques, compte tenu de l’ampleur des besoins, avaient été décriés par les principaux acteurs sociaux et économiques, tous secteurs confondus. C’est une insulte aux travailleurs et à leurs communautés dans le besoin », a fait remarquer René Roy.

Détournement des fonds de l’assurance-emploi

La FTQ porte le même jugement sur l’absence de bonification au régime de l’assurance-emploi quant à son accessibilité. Il faut savoir qu’une proportion élevée des cotisants à ce régime ne peuvent se qualifier s’ils perdent leur emploi alors que le gouvernement applique aveuglément la plus grande part des surplus du régime au paiement de la dette.

La FTQ prend acte de la création d’une nouvelle entité pour gérer les fonds de l’assurance-emploi, mais elle doute de son caractère autonome dans la mesure où le gouvernement se réserve tous les pouvoirs de réglementation.

Ce gouvernement sera jugé sur ses actes

« Ce n’est certainement pas l’Alberta, dont l’économie surchauffe, qui a besoin aujourd’hui d’une aide fédérale. Ce sont la Côte-Nord, l’Abitibi, la Gaspésie, le Saguenay – Lac-Saint-Jean et les grands centres industriels qui nécessitent dès maintenant une intervention d’urgence. Il va falloir que le message passe, d’une façon ou d’une autre », a conclu M. Roy.

La FTQ est la plus grande centrale syndicale québécoise avec plus de un demi-million de membres.

-30-

Source : FTQ
Renseignements : Louis Cauchy, 514 235-3996
Jean Laverdière, 514 893-7809