L’Intersyndicale rencontre Stéphane Bédard

Ouvriers spécialisés dans le secteur public

(Québec, 10 décembre 2013) Des représentants de la CSN, de la FTQ, de la CSQ et du SFPQ rencontrent aujourd’hui le président du Conseil du trésor, Stéphane Bédard, pour tenter de dénouer l’impasse dans l’épineux dossier de la reconnaissance des ouvriers spécialisés dans le secteur public.

Chiffres et données à l’appui, c’est un fait avéré que les conditions de travail de cette catégorie d’emploi du secteur public québécois n’ont cessé de se dégrader ces 25 dernières années. En conséquence, la fonction publique québécoise, les établissements de santé et de services sociaux et les institutions d’éducation n’arrivent plus à retenir le personnel expérimenté ni à attirer la relève. Pour les organismes publics, ce problème entraîne des coûts de plus en plus importants puisque les recours à des entreprises sous-traitantes pour l’entretien de leurs installations sont en explosion, alors qu’il en coûterait beaucoup moins cher de compter sur leurs propres salarié-es pour mener ces travaux.

Lors des dernières négociations, le Front commun et le gouvernement s’étaient entendus pour mettre sur pied un comité de travail. Celui-ci a maintenant terminé ses travaux et a déposé un rapport où deux visions opposées s’affrontent et dans lequel, malheureusement, on ne retrouve aucune recommandation conjointe. L’Intersyndicale attend maintenant du gouvernement qu’il prenne ses responsabilités afin de s’attaquer à cet enjeu de bonne gestion et d’utilisation judicieuse des fonds publics.

L’heure des solutions

L’Intersyndicale présentera au ministre un rapport fort détaillé de la situation, qui ouvre la porte à des solutions concrètes et réalistes. Par exemple, les organisations syndicales croient qu’on pourrait utiliser une partie des sommes budgétées pour défrayer les coûts de la sous-traitance afin de revaloriser les emplois d’ouvriers spécialisés. Rappelons que la dernière enquête de l’Institut de la statistique du Québec montre que le retard de la rémunération globale des ouvriers spécialisés du secteur public par rapport à l’ensemble des milieux de travail québécois s’est encore agrandi cette année de près de 2 %, pour s’établir à 34 %.

Plan d’action

Les organisations syndicales détermineront prochainement quelles suites elles donneront à leur plan d’action, notamment en fonction des résultats de la rencontre d’aujourd’hui. Les syndicats souhaitent trouver une solution dans ce dossier avant l’échéance des conventions collectives en mars 2015.

Environ 7000 ouvriers spécialisés (électriciens, plombiers, tuyauteurs, frigoristes, mécaniciens, etc.) travaillent dans les établissements publics du Québec. Ils sont représentés par la Fédération de la santé et des services sociaux (CSN), la Fédération des employées et employés des services publics (CSN), le Syndicat québécois des employées et employés de service (FTQ), le Syndicat canadien de la fonction publique (FTQ), le Syndicat des employées et employés professionnels-les et de bureaux (FTQ), l’Union des employées et employés de service (FTQ), la Fédération du personnel de soutien scolaire (CSQ), la Fédération du personnel de soutien de l’enseignement supérieur (CSQ) et le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ).