« Les jeunes libéraux votent à main levée… pour la tenue d’un vote obligatoire secret de syndicalisation. Ça illustre tout le sérieux de cette démarche à contre-courant » – Dominic Lemieux, président du Comité des jeunes FTQ

Réaction du Comité des jeunes de la FTQ aux résolutions de l’aile jeunesse du PLQ

Sherbrooke, le 3 août 2008 – Le Comité des jeunes de la FTQ dénonçait ce matin le manque de sérieux de l’aile jeunesse du Parti libéral du Québec qui a adopté une résolution visant la tenue d’un vote obligatoire secret lors de l’implantation d’un syndicat.

Dominic Lemieux, président du Comité des jeunes de la FTQ, s’inquiète du fait que les jeunes libéraux aient refusé catégoriquement son offre visant à expliquer aux congressistes les étapes menant à la création d’un syndicat. « Nos craintes étaient fondées, l’aile jeunesse du PLQ a adopté une résolution qui propose un important retour en arrière sans même avoir pris la peine d’écouter ceux qui ont l’expérience du terrain, des jeunes de surcroît. C’est un grave manque de sérieux. »

Les jeunes de la FTQ poursuivent en dénonçant les nombreuses erreurs de faits qui accompagnent la résolution des jeunes libéraux qui « s’appuie sur un argumentaire mal ficelé au contenu douteux et souvent carrément faux », a insisté Nicolas Lemieux de la FTQ.

« Les lois québécoises permettent aux travailleurs et travailleuses de se syndiquer librement sans que l’employeur ne puisse s’ingérer dans ce processus et c’est dans cette liberté que les jeunes libéraux veulent sabrer en modifiant notre Code du travail qui est pourtant responsable de la paix sociale qui règne actuellement au Québec.

« Des mesures similaires ont été adoptées aux États-Unis et elles ont fait chuter dramatiquement le taux de syndicalisation entraînant à la baisse les conditions de travail de la classe moyenne. Barack Obama en fait même un enjeu électoral en préconisant le retour d’un modèle calqué sur celui qui existe chez nous », a ajouté le président du Comité des jeunes de la FTQ.

Concluant à un manque de connaissances pratiques, le président du Comité des jeunes de la FTQ est même allé jusqu’à proposer au président de la Commission-Jeunesse du PLQ de participer à une campagne de syndicalisation « afin de voir ce qui se passe réellement sur le terrain quand les travailleurs et travailleuses sont confrontés à des employeurs assoiffés de profits. »

« Le fait que les jeunes libéraux votent une proposition sur le vote secret à main levée en dit long sur le sérieux de leur démarche », concluait Dominic Lemieux.

Rappelons que les jeunes de la FTQ ont reçu l’appui des principales associations étudiantes et des groupes jeunesse du Québec, présents au point de presse.

La FTQ est la plus grande centrale syndicale québécoise avec plus de un demi-million de membres dont 30 % sont des jeunes.

– 30 –

Renseignements: Laurent Lévesque, Comité des jeunes FTQ : 514 916-7237