« Les employeurs doivent rouvrir immédiatement le Port et répondre à l’offre de négocier intensivement du syndicat » – Michel Arsenault, président de la FTQ

Lock-out irresponsable au Port de Montréal

Montréal, le 21 juillet 2010 – « Le lock-out au Port de Montréal n’a pas sa raison d’être et nous apparaît irresponsable sur le strict plan économique, à la fois pour la grande région de Montréal et pour le Québec dans son ensemble », a déclaré Michel Arsenault, président de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) en cette troisième journée de lock-out décrété sans préavis par l’Association des employeurs maritimes.

« Il faut voir cette action des employeurs pour ce qu’elle est, c’est-à-dire un coup de force pour remettre en question des acquis justifiables et justifiés au moment où une activité portuaire saine à Montréal est essentielle à la reprise économique encore fragile dans laquelle nous nous trouvons. Et c’est sans compter l’introduction d’une clause orphelin inacceptable dans les conditions de travail des plus jeunes débardeurs », a ajouté le président de la FTQ.

« La section locale des débardeurs, membre de notre affilié, le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP-FTQ), a déjà signifié sa pleine disponibilité à négocier jour et nuit de façon intensive. Si l’employeur est sérieux dans ses déclarations en faveur d’un règlement rapide du conflit, il doit rouvrir sans délai les installations portuaires et répondre immédiatement à cette invitation à négocier », a conclu le président de la FTQ.

La FTQ est la plus grande centrale syndicale québécoise avec plus de un demi-million de membres.

– 30 –

Source : FTQ
Renseignements : Jean Laverdière, 514 893-7809