« L’emploi et l’équité fiscale doivent être au centre de toute discussion sur notre avenir économique collectif » – Michel Arsenault, président de la FTQ

Rencontre économique du gouvernement Charest

Montréal, mercredi 20 janvier 2010 – La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) s’attend, dans les jours et les semaines qui suivront la rencontre économique de jeudi, à des mesures concrètes pour la création d’emplois de qualité et pour une équité fiscale à l’égard de tous les revenus quelle que soit leur provenance, et ce, sans se lier par un échéancier arbitraire de retour à l’équilibre budgétaire.

Avenir économique et finances publiques vont de pair

« On ne peut discuter d’avenir économique sans parler d’emplois et de sources de revenus qui permettent à la fois le maintien et l’amélioration des services publics ainsi que le soutien au développement économique », a indiqué le président de la FTQ, Michel Arsenault, en marge de la participation de la centrale à la rencontre économique conviée par le gouvernement Charest.

Des industries encore fragiles

« À la FTQ, on constate quotidiennement qu’il y a des industries entières encore extrêmement fragiles. Il est donc clair pour nous que le focus doit aller à la reprise économique et que la création d’emplois doit prendre le pas sur tout le débat autour d’un échéancier à court terme pour un retour à l’équilibre budgétaire », a repris pour sa part René Roy, secrétaire général de la FTQ, qui sera présent à la rencontre de jeudi.

Être en phase avec le consensus mondial

« D’emblée, il faut agir dans le sens du consensus mondial (FMI, économistes des grandes banques) sur les dangers d’une recherche de l’atteinte rapide de l’équilibre budgétaire des États et d’un arrêt prématuré des investissements publics en vue d’une sortie de crise ordonnée », a ajouté M. Arsenault.

Des consensus significatifs dans un laps de temps trop court?

La FTQ participe de bonne foi à l’exercice auquel le gouvernement a convié les acteurs socioéconomiques tout en se montrant prudente sur la possibilité de dégager des consensus significatifs dans un laps de temps aussi court.

« Nous ne voudrions pas qu’on accouche d’une espèce de plan économique plus ou moins virtuel et sans suites concrètes », a fait valoir René Roy.

Des mesures d’équité fiscale

Au chapitre de la fiscalité, la FTQ préconise des mesures visant à renforcer l’équité dans le traitement de toutes les sources de revenus, entreprises et particuliers confondus. Des mesures pourraient également viser une taxation sur les transactions financières ou sur les profits des institutions financières comme celles que nos voisins du Sud ont commencé à évoquer.

« Il ne faut surtout pas oublier qu’une crise essentiellement financière a précédé, sinon causé selon plusieurs, la crise économique durement ressentie par les travailleurs et les travailleuses que nous représentons.

« Ce serait la moindre des choses qu’on se penche sérieusement sur des mesures fiscales serrées visant les fruits de la spéculation engendrée et toujours maintenue par de soi-disant magiciens de la finance, bénéficiaires aujourd’hui d’une aide publique », ont conclu MM. Arsenault et Roy.

La FTQ est la plus grande organisation syndicale québécoise avec plus de un demi-million de membres.

– 30 –

Source : FTQ
Renseignements : Jean Laverdière, 514 893-7809