« Le temps des discussions est révolu, il faut maintenant passer à l’action. » — Daniel Boyer, secrétaire général de la FTQ et Renaud Gagné, directeur adjoint d’Unifor-Québec.

Dossier des droits des travailleurs forestiers

Saint-Félicien, le 21 novembre 2013. – S’adressant aux manifestants et manifestantes réunis en marge du Rendez-vous de la forêt québécoise, les dirigeants syndicaux ont demandé à la première ministre du Québec, Pauline Marois, ainsi qu’à ses ministres et députés de déposer dans les plus brefs délais un projet de loi afin de protéger les emplois et les conditions de travail des travailleurs forestiers.

La manifestation a été organisée à l’occasion du Rendez-vous de la forêt qui se tient aujourd’hui et demain à Saint-Félicien.

« Ce dossier traine déjà depuis assez longtemps, le gouvernement doit prendre ses responsabilités et le régler avant la reprise de la saison des opérations en avril prochain. Les travailleurs et travailleuses de la forêt en ont assez d’être traités comme des citoyens de seconde zone. Nous en appelons également à la responsabilité des partis d’opposition qui ont l’obligation morale de mettre fin à la saignée des conditions de travail des gens qui œuvrent dans ce secteur d’activité de l’économie du Québec », a déclaré le secrétaire général de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), Daniel Boyer.

Des conditions de travail en décroissance

Depuis des années déjà, le syndicat Unifor, auparavant le Syndicat canadien des communications, de l’énergie et du papier (SCEP), a averti que l’entrée en vigueur du nouveau régime forestier, sans les demandes d’ajustements législatifs maintes fois présentées, aurait des répercussions catastrophiques sur les conditions de travail et la rémunération des emplois en forêt. Aujourd’hui, plus de 8 mois après l’entrée en vigueur du régime, le constat est pire encore que ce qu’Unifor pressentait. « Selon les données que nous avons pu recueillir jusqu’à maintenant, déjà 30 % des emplois syndiqués ont disparu. De plus, les conditions de travail ont diminué entre 15 et 25 %. C’est catastrophique comme répercussion », a déploré le directeur adjoint d’Unifor-Québec, Renaud Gagné.

Il est temps d’agir

Par ailleurs, les travailleurs forestiers membres d’Unifor de Baie-Comeau se mobilisent aussi alors qu’ils occupent, depuis ce matin, les bureaux du député péquiste de la région, Marjolain Dufour, afin de faire bouger le gouvernement.

Après avoir participé à des dizaines de réunions, de comité et de consultations de toutes sortes au cours des dernières années, le dirigeant syndical croit que « nous n’en sommes plus là. Nous avions prédit avant l’entrée en vigueur du nouveau régime que les changements apportés fragiliseraient les conditions de travail des forestiers. Nous sommes maintenant en plein dedans et les constats parlent d’eux-mêmes. Les membres de l’Assemblée nationale ont l’obligation de réparer les injustices qu’ils ont eux-mêmes engendrées », a ajouté Renaud Gagné.

Le Rendez-vous de la forêt

Unifor et la FTQ croient par ailleurs que l’initiative de tenir un événement comme le rendez-vous qui réunit les principaux acteurs de la forêt est primordiale. « Il faut que cette industrie se renouvelle et se tourne vers de nouveaux produits si nous voulons assurer l’avenir des emplois, des usines et des communautés. La forêt est une ressource renouvelable et sa transformation recèle encore une foule de possibilités non exploitées. Ce sont aux acteurs de se concerter en commençant par les entreprises qui doivent investir dans l’innovation et la recherche des nouveaux créneaux », ont conclu les leaders syndicaux.

À propos

Depuis plus de deux ans, le Syndicat canadien des communications, de l’énergie et du papier (SCEP) et les Travailleurs canadiens de l’automobile (TCA) ont entrepris le processus de création d’un nouveau syndicat. Ainsi, le 31 août dernier, le syndicat Unifor a été créé lors de son congrès de fondation à Toronto. Il représente plus de 300 000 membres au Canada et compte près de 55 000 membres au Québec. Unifor est affilié à la plus grande centrale syndicale québécoise, la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ). Unifor est aussi le plus important syndicat dans le secteur de la forêt et de la transformation du bois au Québec.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale au Québec, représente plus de 600 000 travailleurs et travailleuses.