Le Québec maintient son taux de syndicalisation

Montréal, vendredi le 30 mars 2007. – Les dernières données de Statistique Canada pour l’année 2006 montrent que le taux de syndicalisation au Québec s’est maintenu et confirme la nette avance du Québec sur les autres provinces canadiennes.

« Le Québec demeure la province la plus syndiquée au pays avec un taux de syndicalisation pour l’année 2006 à 40,2 %. Ces résultats confirment le caractère progressiste de nos lois du travail dans le contexte canadien et nord-américain, mais ils témoignent également de notre travail constant en terme d’organisation de nouveaux membres », a fait valoir le secrétaire général de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), René Roy.

Au second et troisième rang du taux de syndicalisation pour 2006, on retrouve Terre-Neuve (37,4 %) et le Manitoba (36,9 %). La province de l’Ontario est avant-dernière avec un taux de 28 %.

Des salaires plus élevés chez les travailleurs syndiqués

Les travailleurs syndiqués restent les mieux payés, avec un salaire médian de 20 $ comparativement à 14,50 $ chez les non syndiqués, ce qui représente un écart de 37,9 %.
Les femmes syndiquées gagnent en moyenne 18,92 $ de l’heure comparativement à 13 $ chez les non syndiquées.

« Dans le cadre d’une fiscalité progressive comme celle que l’on connaît au Québec, il est clair que les syndiqués participent davantage par leurs impôts aux charges de l’État, notamment en santé et en éducation. Il faudrait peut-être le rappeler plus souvent à tous ceux qui dénigrent les bienfaits sociaux de la syndicalisation », a conclu René Roy.

La FTQ est la plus importante centrale syndicale québécoise avec plus de un demi-million de membres.

-30-

Source : FTQ
Renseignements : Jean Laverdière, 514 893-7809