Le président de la FTQ lance un appel au calme et à la retenue

Surenchère de propos excessifs et de condamnations publiques sur l’industrie de la construction

Montréal, vendredi 12 mars 2010 – Le président de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), Michel Arsenault, a lancé ce matin un appel au calme et à la retenue aux politiciens et aux autres acteurs de la société québécoise qui prédisent la violence, les coups, la terreur et même le saccage sur les chantiers de la Côte-Nord.

Un amalgame douteux avec le saccage de la Baie-James

« La situation sur les chantiers en 2010 n’a absolument rien à voir avec ce qu’on a connu dans les années 1970 malgré ce que prétendent certains qui pratiquent un amalgame douteux entre le saccage de la Baie-James et certains incidents allégués dans la région. C’est tout à fait irresponsable d’agiter cet épouvantail », a fait valoir le président de la FTQ.

Voulons-nous vivre dans une société d’inquisition?

« Nous l’avons dit et nous le répétons, nous ne tolérerons pas de comportements répréhensibles et nous encourageons les personnes qui s’en disent victimes à déposer des plaintes aux autorités compétentes (CCQ, autorités policières, etc.).

« Mais nous ne tolérerons pas non plus que dans une société de droit comme la nôtre qui reconnaît la présomption d’innocence, des personnes soient désignées publiquement à la vindicte populaire pour de soi-disant actes criminels comme par exemple le trafic de drogue, sans avoir droit à une défense pleine et entière. Est-ce le genre de société d’inquisition dans laquelle nous voulons vivre? », a questionné le dirigeant syndical.

Une surenchère de condamnations sur du ouï-dire

« La réalité c’est que nous connaissons aujourd’hui la paix industrielle sur les chantiers, sur la Côte-Nord comme ailleurs, et que les travailleurs de la FTQ-Construction référés aux donneurs d’ouvrage s’acquittent de leurs tâches avec un grand professionnalisme.  

« Nous avons reçu, ces dernières semaines de nombreux commentaires satisfaits de la communauté des affaires de Sept-Îles et de la région quant à la qualité des travailleurs qui oeuvraient sur les différents chantiers et sur le mode de référence de ces travailleurs », a ajouté Michel Arsenault. Quant au plus grand de ces chantiers, La Romaine, ce qu’en dit le PDG d’Hydro-Québec est éloquent : « Dans les chantiers d’Hydro, on s’assure qu’il y a une paix sociale. Cela fonctionne : on voit que Péribonka a été livré avant les délais. À Eastmain 1 et dans la dérivation de la Rupert, dans les grands chantiers, la paix sociale existe. »

Quant à l’agenda réel de ceux qui remettent en question le placement syndical dans la construction, le président de la FTQ rappelle que cette remise en question est le fait d’organisations fortement minoritaires dans le secteur qui cherchent à obtenir indirectement ce qu’elles n’ont pu obtenir lors du dernier vote d’allégeance syndicale dans la construction.

La Côte-Nord fortement syndiquée à la FTQ

« Oui, la Côte-Nord est très fortement syndiquée à la FTQ, dans la construction comme dans les autres secteurs, et nous en sommes fiers parce que ça signifie que nos représentants, nos délégués et nos militants font leur job dans la promotion et la défense de conditions de travail acceptables. Et les autres organisations syndicales sont également présentes sur les chantiers contrairement à ce qu’on voudrait faire croire au public », a conclu le président de la FTQ.

La FTQ est la plus grande centrale syndicale québécoise avec plus de un demi-million de membres.

-30-

Source : FTQ
Renseignements : Jean Laverdière, 514 893-7809